Kung Fury

Décidément, les pays nordiques nous gratifient depuis quelques années de sacrées perles cinématographiques, telles que Morse, Troll Hunter ou Iron Sky. Kung Fury vient s’ajouter à cette liste, comme une sorte de pur hommage aux nanars & actioners des années 1980 et du début des années 1990.

Le pitch est tellement débile qu’il constitue déjà un argument de vente en soi: après avoir amoché la ville de Miami par une intervention un peu trop virile contre une borne d’arcade meurtrière (véridique), le flic d’élite Kung Fury est contraint de faire équipe avec Triceracop (véridique aussi), mais le commissariat est attaqué par… Adolf Hitler. Pour venger ses collègues et stopper les exactions nazies, Kung Fury doit alors remonter le temps afin d’affronter celui qui s’est autoproclamé Kung Führer (véridique encore).

Ce court métrage est juste… génial. Bourré d’idées toutes plus débiles les unes que les autres, il aligne situations absurdes, jeux de mots à la con et violence gratuite tellement abusée que s’en est kitch comme un Mortal Kombat premier du nom. Et puis, contextuellement… comment dire… bin il arrive à point nommé, ce film.

Sortant la même année qu’une flopée de films se présentant comme des suites de grands titres des années 80/90 ou se prétendant « hommage » à cette époque… il leur roule dessus en mode monster truck, accentuant le côté aberrant de certaines situations de manière magistrale: c’est peut-être le seul film où on peut voir un flic habillé en jean-Converse-cuir (so 80ies) et une valkyrie équipée d’un Uzi chevaucher un T-Rex… et trouver ça cool!

Bref, Kung Fury, ça bute. C’est mieux que Avengers – Age of Ultron dans la catégorie « film avec un dieu nordique et des nazis », mieux que Terminator Genisys dans la catégorie « film avec des voyages dans le temps et des robots tueurs », mieux que de Jurassic World dans la catégorie « film avec des dinosaures qui tuent des gens » et mieux que Mad Max – Fury Road dans la catégorie « film avec le mot Fury dans le titre » (hé, fallait bien trouver quelque chose). Ai-je précisé aussi que la bande originale sature de synthé et que le générique de fin est signé David Hasselhoff? Alors regardez-le. En plus, c’est disponible gratuitement. Ici même:

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Mikaya dit :

    dans ma liste « à voir » !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s