Dragon Ball Z – La Résurrection de ‘F’

Après un Battle of Gods pour le moins controversé (« il se passe rien, dans votre film »; « C’est de l’arnaque, votre Super Saian God »; « Il est nul, votre dieu de la destruction »; etc.) mais aux résultats plus que probants malgré une diffusion en salle exclusive au Japon (rentabilisé en deux jours et 50 millions de dollars de bénéfices au total), la Toei a remis le couvert, toujours avec Akira Toriyama crédité au scénario, mais cette fois-ci en diffusion internationale. C’est ainsi que les petits Français ont pu découvrir dans leurs salles obscures un nouveau long métrage estampillé DBZ, exactement 19 ans après la sortie en salle de… « Dragon Ball Z – le film 2 » (titre miteux sous lequel étaient regroupés les 10ème et 11ème films d’animation de la franchise; merci AB Production…).

Comme l’indique le titre, Freezer est donc ressuscité avec les Dragon Balls par deux de ses anciens sbires qui regrettent un peu le temps où il pouvait tranquillement terroriser la galaxie. Comprenant qu’il ne ferait pas le poids contre Goku, il décide de s’entrainer, et comme il était déjà bien balèze en n’ayant jamais rien glandé, il devient littéralement surpuissant. Goku et ses potes feront-ils le poids? Oui.

Et non, ce n’est pas un spoil: les films de DBZ n’ont jamais vraiment fait preuve d’imprévisibilité et la règle est celle du happy end annoncé où les gentils gagnent leur combat (seul Battle of Gods avait trouvé le moyen de louvoyer un peu). Ce serait spoiler, en revanche, de rentrer dans le détail, ce que je ne vais pas faire ici (par fainéantise plus que par éthique, ceci dit). Sachez juste que si vous avez été un assidu de l’arc Namek de DBZ, vous pouvez faire l’impasse sur ce film; parce qu’il s’y passe à peu près la même chose, mais sur Terre. Même au niveau des « transformations » c’est un peu la dèche, puisqu’il ne s’agit ni plus ni moins que de swap colors. Seule la fin du combat contre Freezer s’éloigne un peu de son modèle (de manière totalement incohérente, d’ailleurs) mais elle ne change rien à son aboutissement. On notera cependant la présence de Jaco, qui ne peut guère s’expliquer que par une tentative de booster les ventes d’un one shot d’Akira Toriyama loin d’atteindre le niveau de popularité de ses succès passés. Alors que Goten & Trunks sont totalement absents du film, eux, ce qu’on tente de nous faire avaler à grands coups d’explications miteuses (« Trunks? Non je ne lui ai rien dit, Freezer veut le tuer, c’est trop dangereux. Et puis ce n’est pas comme s’il avait déjà affronté des menaces d’échelle galactique par le passé, ou qu’il était tout à fait capable de sentir approcher un monstre de la puissance de Freezer, ou que ce dernier allait de toute façon essayer de tuer tout le monde. C’est moi ou il y a eu une épidémie de facepalms dans le public? »).

Mais, chers lecteurs, puisque vous avez l’oeil, vous aurez remarqué un petit logo rouge et blanc sur la droite de l’affiche, et vous demanderez probablement quel est l’intérêt de diffuser en 3D un film d’animation réalisé en 2 dimensions (puisque l’équipe de ce DBZ n’a manifestement pas succombé aux mêmes sirènes que celle du dernier Saint Seiya cinématographique). En fait, la réponse est relativement simple: rendre le film moche et pénible. Parce que je ne sais pas vous, mais moi, les lunettes 3D au cinéma, J’EN AI MA CLAQUE! Sérieusement! Dans ce film, les couleurs deviennent juste dégueulasses de fadeur et ça donne l’impression qu’on est en train de lire un de ces livres pour enfants où un décor en carton se déplie à chaque fois qu’on tourne une page. Je trouve quand même sacrément malhonnête demander au spectateur de payer un supplément de 2 euros juste pour avoir droit à une version plus moisie du film (sachant qu’une majorité des cinémas qui l’ont diffusé en France n’avaient que celle-ci à proposer, évidemment).

En conclusion, si vous ne l’avez pas vu au cinéma… bah ce n’est franchement pas bien grave, car, d’une part, l’histoire n’a rien de bien palpitant (DBZ standard moyen, quoi), et d’autre part, si on est un inconditionnel de Goku & co, un visionnage chez soi sans la fuckin’ 3D devrait rendre la chose beaucoup plus agréable qu’une séance en salle à chialer du sang. Voilà voilà.

Au revoir; à bientôt.

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Mikaya dit :

    Ca tombe bien, j’avais pas envie de le voir !
    après un battle of Gods rigolo sans plus et un DBZ Super complétement à chier vautré dans une baisse de puissance indécente des personnages principaux, celui la ne me fait absolument pas envie de loin ou de près !
    je vais garder DBZ dans mes souvenirs, ou alors dans les jeux de la licence qui restent encore potable de mon point de vue… Ils ont jamais fais de musou Dragon Ball Z ou c’est moi??? o_O

    J'aime

  2. tommyloser dit :

    Non, effectivement, il n’y a pas de Musou DBZ. DBSupernul, j’ai lâché au bout d’un épisode et demi. Je vois pas l’intérêt de servir en série TV des trucs déjà vu dans une bien meilleure qualité en long métrage. Surtout si c’est avec une réalisation niveau Toei basique (n’est pas Production I. G. qui veut).

    J'aime

  3. C’est quand meme dommage que la Toei ne se résout pas à laisser mourrir DBZ.. La série et les OAV étaient géniales dans notre jeunesse car la concurrence etait moins rude et notre ame d enfant pardonnait tout (longueurs, scénarios, incoherences…)

    Aujourd’hui la concurrence est quand meme vachement mieux installé et les fan de la 1ere heure ont grandi et ont developpé un sens critique un peu plus cohérent.

    Certes ca reste rentable financièrement pour eux (surement gràce aux FBDM nostalgiques), mais violer ainsi sa propre oeuvre et raccoler aussi ehontément , ca reste quand meme un gros gachis de temps et de moyens.

    Ou alors, qu’ils se sortent les doigts du cul, qu’il arretent le fan service facile, et qu’ils bossent vraiment leur copie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s