Afterschool Charisma

Après quatre années de publication chez Ki-oon, Afterschool Charisma a tiré sa révérence en novembre dernier, ce qui nous donne l’occasion de revenir sur ce titre sans grande prétention.

L’académie St-Kleio est un institut dont les étudiants sont tous des clones de personnalités célèbres, de Freud à Nightingale en passant par Ikkyû ou Hitler (et un point Godwin, un!). Tous, sauf un: Shiro, dont le père est le généticien en chef du projet et qui doit composer avec avec cette population étrange… et complexée. Car il est un peu difficile pour un ado d’assumer le fait « d’être » un personnage célèbre sans avoir jamais personnellement accompli quoi que ce soit, surtout quand cette célébrité est due à des actes criminels, ou quand on sait que son « original » est mort dans des circonstances particulières. Le meurtre du clone de Kennedy ainsi que la révélation de l’existence d’un groupuscule armé anti-clones, lance alors une triple interrogation parmi les clones: sont-ils donc définitivement prisonniers du destin de leurs originaux, pour quelle raison a-t-on claqué autant de fric pour les créer et leur existence n’est-elle pas contre-nature?

L’enjeu quelle soulève est assez gros, et peut-être trop. En effet, si elle est a priori largement suffisante pour tenir sur les douze volumes qui composent le manga, elle est traitée trop légèrement pour qu’elle ne devienne pas rapidement redondante, avec les mêmes sous-enjeux économiques, éthiques et politiques répétés jusqu’à la fin, l’aspect « thriller » mis en avant par l’éditeur français étant finalement peu développé (ou trop mou).

Ce qui deviendrait vite lassant si certains personnages ne sortaient pas un peu du lot, comme Shiro et Adolf qui portent pratiquement l’histoire sur leurs épaules. Car, on le devine dès le premier volume, Shiro n’est pas ce qu’il paraît être, bien qu’il l’ignore, et son « père » lui cache pas mal de choses. Quant-à Hitler, hanté par les crimes de son original et terrorisé à l’idée de devenir un jour comme lui, il devient le prototype même du clone névrosé et paumé, détesté pour sa nature et néanmoins apprécié de ses semblables, soit un jouet tout désigné pour les manipulateurs cyniques.

La fin s’avère sans surprise (quelque part en adéquation avec le titre), paradoxalement amenée trop rapidement sans être nécessairement décevante, ce qui nuit quelque peu à sa crédibilité, avec une conclusion assez ouverte et néanmoins assez naïve… à moins que ce ne soient les personnages qui s’y montrent aussi naïfs que les adolescents qu’ils sont et que la « réalité » à laquelle ils seront confrontés sera bien différente de leurs attentes. C’est une possibilité.

Le dessin est quant-à lui des plus corrects et on n’en attendait pas moins de Kumiko Suekane, qui avait préalablement bossé pour Capcom sur les franchises Resident Evil, Ace Attorney et Viewtiful Joe (ainsi que quelques one shots yaoïstes).

Bref, c’est un manga un peu en demi-teinte, visuellement sympathique (sans pour autant faire preuve d’une grande originalité) et qui lance des idées intéressantes sans pour autant les assumer jusqu’au bout, ce qui est assez dommage. Et quand on sait que son magazine de prépublication original est le même que pour Les Enfants de la Mer, Bye Bye my BrotherLa Cité Saturne et Bokurano, il y a de quoi être déçu.

Je pense néanmoins que son principal souci est d’être vendu (du moins en France) comme un thriller, ce qu’il n’est que de manière assez marginale puisque la « tension narrative » y est quand même beaucoup moins poussée que dans un Urasawa ou un Sanbe, sans gros rebondissement ni grande surprise. Je le conseille néanmoins en tant que divertissement sur un thème (en l’occurrence le clonage) qui aurait certes mérité un meilleur développement.

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s