Mad Games Tycoon

Aujourd’hui, parlons jeu, mais pas n’importe quel jeu: en accès anticipé sur Steam depuis quelques mois déjà, Mad Games Tycoon vous propose en gros la même chose que Game Dev Tycoon… en beaucoup, beaucoup mieux. Le scénario post-it du jeu? Vous vous réveillez un beau matin de janvier 1980 au milieu de la grande pièce vide qui jouxte votre garage en vous disant: « hey, mais si j’utilisais tout cet espace inutile pour en faire un studio de développement? »

A vous, donc, de cloisonner la baraque et de meubler les pièces en fonction de vos modestes moyens (sachant qu’évidemment, vous n’aurez pas accès dès le départ au matériel de motion capture, non plus), de recruter du personnel et développer vos jeux ou moteurs, et bien entendu de satisfaire au mieux les besoins de votre personnel… et c’est peut-être le seul point où ça coince un peu. Parce qu’autant je peux comprendre qu’un mec refuse de bosser pour vous si vous n’avez ni chiottes, ni chauffage, autant j’ai un peu plus de mal à comprendre pourquoi un mec insiste pour qu’on ait un fauteuil bleu design ou une plante verte avant d’accepter de rejoindre mon équipe…

Mais ça, c’est vraiment pour chipoter et il fallait bien justifier l’existence des objets destinés à la salle de repos et au bien-être des employés (juste que ça aurait pu être pensé de manière plus élégante, genre avec un niveau de bien-être général et un seuil minimal pour recruter les développeurs en fonction de leur talent, chaque objet donnant X points de bien-être et X diminuant en fonction du nombre d’occurrences de l’objet). Parce que oui, le jeu est vraiment bon.

Dans l’ensemble, Mad Games Tycoon propose un vaste choix dans tous les domaines, si ce n’est quelques éléments de mobilier particulier, genre celui des studios de musique et de graphistes, mais c’est le genre de choses qui peut encore facilement évoluer: nous sommes en early access, ne l’oublions pas, et la dernière version provisoire du jeu est non seulement très jouable en l’état mais aussi déjà très complète. La liste des éditeurs disponibles, des franchises à acheter ou des machines sur lesquelles développer est d’ailleurs volumineuse, et la possibilité d’investir ses gains dans d’autres entreprises du monde du jeu vidéo est un « plus » non-négligeable. Si vous le souhaitez, vous pouvez également éditer et distribuer vos jeux (ou ceux d’autres développeurs) vous-même… à condition que vous ayez à votre disposition le matériel nécessaire et la place pour l’installer, plus un entrepôt pour stocker tout ça (et il vous faudra alors gérer les ruptures et les réassorts).

Je le répète, ce jeu, même non-fini, écrase sans problème Game Dev Tycoon, que j’ai par ailleurs apprécié. Et si vous aimez les jeux de gestion, je ne peux que vivement vous conseiller cette petite pépite d’Eggcode Games… dont c’est apparemment le premier jeu. Raison de plus pour les encourager.

Au revoir; à bientôt.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Indé Deux dit :

     » j’ai un peu plus de mal à comprendre pourquoi un mec insiste pour qu’on ait un fauteuil bleu design ou une plante verte avant d’accepter de rejoindre mon équipe… »
    Des adeptes du feng shui sans doute 🙂

    J'aime

  2. tommyloser dit :

    Ah oui, je n’avais pas pensé à ça. ^^’

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s