Parasite

Sous ce titre un brin putassier ne se cache pas une énième sortie politique sur l’assistanat français émanant de quelque brillant esprit néanmoins infoutu de sortir ses poubelles lui-même (comme quoi, la perception de la fainéantise est quelque chose d’extrêmement relatif). Non, il s’agit ici de parler de l’adaptation animée d’un très bon manga de SF « invasive » publié il y a 25 ans au Japon.

Shin’ichi, lycéen de son état, se retrouve un jour parasité par un organisme extraterrestre; ce dernier, grâce à un garrot bien placé, échoue à atteindre le cerveau et prendre possession de la totalité du corps de son hôte. De fait, ils se retrouvent à devoir cohabiter en symbiose et partager ce corps disposant alors de nouvelles compétences physiques surhumaines, Migi (l’ET) en occupant le bras droit et Shin’ichi contrôlant toujours totalement le reste. Ce ne serait pas un gros problème si Migi n’avait pas été qu’un petit élément d’une invasion de grande échelle, et la plupart des « symbiotes » ont pris un contrôle total sur leurs hôtes. Si on ajoute à cela que ces derniers sont TRES prompts à la violence et ont une alimentation essentiellement cannibale, on imagine bien le merdier dans lequel se trouve la population. Shin’ichi et Migi (vu par beaucoup de ses semblables comme un échec, donc consommable) vont donc devoir unir leurs forces pour essayer de calmer le jeu. De manière sanglante, la plupart du temps.

On s’en serait douté compte tenu des thèmes traités, l’anime, comme le manga, n’est pas à mettre devant tous les yeux (doux euphémisme): entre violence visuelle et violence morale, le scénario, en dépit d’un personnage principal a priori assez plat, s’avère d’une certaine maturité et propose une approche intelligence du « body snatcher », assortie d’une réflexion sur la nature de l’être civilisé. Car, oui, sans trop spoiler, les envahisseurs symbiotiques ne sont pas tous des meurtriers cannibales sauvages (et les humains loin d’être des enfants de choeur); le personnage de Reiko Tamura constitue à ce titre une des plus grosses pierres d’achoppement du récit, certainement l’un de ses personnages les plus intéressants.

Pour ce qui est de la fidélité à l’oeuvre d’origine… même s’il y a quelques différences, ne serait-ce que sur le plan visuel (il faut dire que le chara-design du manga était assez particulier), force est de reconnaître que l’anime ne diverge pas fondamentalement du manga et en respecte parfaitement l’esprit. Et puis bon, le manga a 25 ans, il est assez logique de vouloir prendre quelques libertés avec l’oeuvre d’origine pour l’actualiser un peu. Et ça passe très bien, d’ailleurs.

Les soucis, avec Parasite version animée, sont d’ordre technique. Car, si la réalisation est au poil 95% du temps (Madhouse oblige), les 5% restant sont douloureux pour les yeux, avec de la CG dégueulasse arrivant comme un cheveu gras sur la soupe. Avec des poux. Les épisodes 19 à 21 sont même par moment un calvaire à regarder. Mais heureusement, ça ne suffit pas pour pourrir une série dans l’ensemble très maîtrisée et qui fait honneur à son matériau d’origine, au point que je conseillerai même davantage son visionnage que la lecture du manga, qui commence à accuser un peu son âge (ceci dit, vous pouvez quand même y aller, c’est du lourd et Glénat a jugé bon, fort de la relative popularité de l’anime chez Crunchyroll, d’en réimprimer les volumes cette année; il est donc facilement trouvable).

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Mikaya dit :

    Un de mes mangas préférés et de loin 🙂 effectivement les réflexions apportées sont assez intéressantes et le personnage principales se développe vraiment bien pendant toute la série 🙂 un must have ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s