Nagi no Asukara: le bleu est une couleur chaude

D’habitude, la Saint Valentin est l’occasion de marronniers plus ou moins inspirés consistant à parler de hentai ou de joyeusetés un peu violentes, histoire de rappeler que Valentin de Terni (le futur saint) fut roué de coup avant d’être décapité sur la Via Flaminia (sacré Claude II, va). Enfin bon, c’est rigolo 5 minutes, c’est vrai, mais je n’ai pas tellement d’inspiration cette année, donc autant faire dans le premier degré: parler de ce qui est certainement la meilleure romance du catalogue de Crunchyroll, autrement dit Nagi no Asukara.

Les habitants du village sous-marin de Shioshishio sont les derniers humains sous-marins: petit à petit, les humains ont émigré vers la surface, perdant, de génération en génération, l’ena qui leur permettait de respirer sous l’eau. Ne restent plus donc au village qu’un petit groupe d’enfants, pas assez nombreux pour qu’il soit pertinent de maintenir l’école en fonction, et qui sont envoyés étudier à la surface, dans le village de Oshiôshi.

Manaka, Hikari, Chisaki et Kaname (ce sont leur noms) y font la connaissance de Tsumugu, un gamin assez inexpressif mais étrangement amical avec les enfants de la mer, surtout avec Manaka… ce qui a pour effet d’attiser la jalousie de Hikari, lequel ne laisse pas Chisaki indifférente, laquelle attire beaucoup Kaname. Bien sûr, ce ne serait qu’un énième avatar de comédie romantique si, en filigrane, ne se dessinait un événement des plus importants: le dieu de la mer est en effet une divinité capricieuse… et en dire plus serait spoiler un peu trop le récit (zappez le paragraphe suivant si vous voulez vous garder de la surprise).

Pour faire court, si le premier arc est une longue exposition agrémentée de tranches de vie plus ou moins romantiques, le second implique une ambiance de fin du monde, de l’hibernation forcée, une neige qui n’en est pas et un certain nombre de problèmes d’ordre relationnel tournant autour de la nouvelle différence d’âge entre les protagonistes (ceux qui ont normalement vieilli à la surface et ceux qui ont hiberné sous l’eau, conservant donc l’âge qui était le leur au début de l’histoire).

Premier constat, d’ordre purement esthétique: CE BLEU! NON MAIS CE BLEU! Dans l’eau, dans le ciel, dans les yeux des habitants de Shioshishio… le bleu est juste partout, et c’est magnifique. Les décors et les paysages semblent d’ailleurs avoir été étudiés pour le mettre en valeur; l’anime y gagne ainsi une identité visuelle forte, mais paisible, ce qui n’est pas rien.

Second constant, d’ordre plutôt scénaristique, cette fois-ci: l’histoire est prenante malgré son postulat de départ pas forcément attrayant et s’éloigne quelque peu des clichés du genre. Ou plutôt, on a l’impression qu’elle essaie de nous emmener quelque part… mais non, en fait, on se retrouve à quelques kilomètres de ce qu’on aurait imaginé, et c’est assez cool.

Les personnages sont quant-à eux franchement attachants, très humains et parfois un peu vaches entre eux: il faut dire qu’entre surfaciens et sous-marins, les tensions sont assez nombreuses, les seconds tenant les premiers pour des traîtres ayant abandonné leur peuple et les premiers regardant les seconds comme un vestige d’un temps révolu. S’ajoutent à cela, évidemment, les tensions internes au petit groupe qui se forme entre les enfants de Shioshishio et Tsumugu (puis deux autres surfaciennes), essentiellement motivées par leurs intérêts sentimentaux respectifs.

Après, est-ce que cet anime a des défauts? Oui, bien sûr. Mais passez outre, bordel, car sinon, vous passerez à côté d’une perle. Allez allez.

Au revoir; à bientôt, et joyeuse Saint Valentin.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Mikaya dit :

    Je note 🙂 et faudra que j’aille faire un tour sur crunchyroll tiens ^^
    Tsumugu c’est le gars qu’a pas les yeux bleu sur l’affiche hein? 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s