Sid Meier’s Civilization II a vingt ans

1996 fut une année particulièrement faste pour le monde du jeu vidéo: les consoles 16Bits vivaient leur chant du cygne, les 32Bits sorties fin 1994 avaient commencé à sérieusement s’implanter l’année précédente, le Game Boy n’en finissait plus de tout écraser sur le marché des consoles portables (ce qui permettait accessoirement à Nintendo de faire oublier l’échec du Virtual Boy et le retard de « l’Ultra 64 » comme on l’appelait encore à l’époque), et le PC se trouvait alors depuis quelques années déjà dans une sorte de « Renaissance » avec un gros essor des FPS, RTS & Shoot’em Up. Ce qui, ludiquement parlant, s’était traduit les deux premiers mois de l’année par la sortie de titres comme Bahamut Lagoon sur Super Famicom, Guardian Heroes sur Saturn, les premiers jeux Pokemon sur Game Boy et Duke Nukem 3D sur PC.  Une année qui commençait sur les chapeaux de roue, donc. Et la sortie de la suite du Civilization de Sid Meier vint enfoncer le clou.

Jeu d’ailleurs mal nommé, puisque, contrairement à son ancêtre, Sid Meier ne participa apparemment pas activement à son développement, ce 4X ne venait pas réellement révolutionner le concept, mais bon, le premier Civilization ne révolutionnait pas non plus le concept du jeu de plateau dont il avait pompé jusqu’au titre: si ça marche, pourquoi ne pas continuer sur la même voie et compléter les manques, hein (bon ok, je suis très mauvaise langue: la victoire « scientifique » pour se rendre vers Alpha Centauri, c’était une putain de bonne idée innovante)?

C’étaient donc désormais 21 civilisations qui étaient jouables (soit 50% de plus que dans le premier), avec plus d’unités, plus de bâtiments différents, plus de technologies et plus de merveilles, un niveau de difficulté supplémentaire pour les hardcore gamers (Divinité), l’introduction de la doctrine de gouvernement intégriste (qu’on ne reverra plus par la suite, à part dans les CivRev)…

Mais surtout, si les mécaniques de jeu continuaient leur petit bonhomme de chemin avec quelques améliorations au passage, les graphismes avaient droit à un polissage notable, même si, hé, on était sur un 4X, pas sur un RTS, non plus. On pouvait d’ailleurs noter que les villes avaient alors une gueule différente selon la civilisation incarnée (ce qui, de mémoire, n’était pas le cas dans le premier épisode). Et puis, les développeurs avaient eu la bonne idée d’inclure des scénarios (que je n’ai jamais réussi à terminer) et un éditeur de carte (sur lequel j’ai dû passer plus de temps que sur le jeu en lui-même) dans l’édition de base.

Enfin, le jeu assurait à la franchise sa pérennité pour les décennies à venir: encore à l’heure actuelle, les Civilization comptent parmi les 4X les plus joués, qu’il s’agisse du IV (auquel jouent encore les rageux qui boudent sa suite), du V (que je préfère, mais bon, je suis bon public pour les 4X) ou de Beyond Earth, dont l’extension Rising Tide sortie l’an dernier vient relancer l’intérêt (parce que bon, en vanilla, c’est un juste un mod de Civ5 super cher). Ah, et il y a aussi les Civilization Revolution, les spin off pour singes auxquels doivent bien jouer trois ou quatre personnes sur Terre, vu que le premier s’est retrouvé gratuit un demi-mois sur le XBLA lors de la campagne Game for Gold.

Civilization II, lui-même, est encore joué: il a quelques années maintenant, un utilisateur de Reddit avait un peu défrayé la chronique (jusque dans la presse généraliste) pour avoir continué, dix années durant, la même partie de Civ2, dans un monde arrivé à la fin de son quatrième millénaire ap. J.-C. réduit à l’état de marécage radioactif par trois grandes nations en conflit perpétuel pendant plus d’une dizaine de siècles…

Et c’est aussi ça, l’esprit Civilization: continuer à jouer alors que la partie elle-même est terminée depuis longtemps.

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s