Active Raid

Pour être tout-à-fait honnête, c’est avec une certaine méfiance que j’ai abordé cette série (je vous rappelle qu’il y a quand même plusieurs anciens de Code Geass dans le staff et que c’est Gorô Taniguchi himself qui est aux commandes). Pourtant, je crois bien qu’il s’agit de ma meilleure surprise de ce trimestre (et ne me dites pas « ah mais Erased et Dimension W etc. » ; pas que ce soit mauvais, loin de là, mais quand on voit la qualité du matériau d’origine… bref, allez lire les mangas, plutôt). Enfin, pour résumer si vous avez la flemme de lire ce qui suit: Active Raid, c’est cool. Voilà qui est dit.

Bon maintenant, il faut peut-être expliquer un peu pourquoi. Pour rappel, la série est un mix entre Patlabor et Windspector dans un Tokyo post-moderne ultra-connecté (mais probablement pas beaucoup plus que maintenant, tout bien réfléchi) où l’on suit les tribulations d’une unité de police (la Section 8) composée de ce qui ressemble à première vue une bande de bras cassés (mais qui s’avère au final assez compétente, quelle surprise…) et équipée d’exosquelettes plus ou moins bourrins, les Willwares. La huitième se retrouve ainsi confrontée d’épisodes en épisodes à des criminels suréquipés qu’un mystérieux terroriste surnommé Mythos manipule à des fins tout aussi mystérieuses. Soit une histoire de nanar, en gros. Avec des personnages qui ont l’épaisseur d’un timbre et de la CG à tout crin.

Alors pourquoi c’est cool? Bin simplement parce que c’était suffisant pour appréhender les multiples thématiques abordées par la série, dont une principale: l’incapacité pour la société japonaise à réussir à gérer les « marginaux » qu’elle génère (en particulier une frange de sa jeunesse), qu’ils le soient pour des raisons économiques, sociales, familiales, médicales, etc.

Taniguchi et son équipe ont choisi de traiter ce thème en le prenant à contre-pied, avec une bonne dose d’humour de situation qui tranche radicalement avec la noirceur qu’on aurait pu attendre (ou pas, puisque finalement, la série se vend elle-même comme une sorte de défouloir Metal Hero/Super Sentai). Parfois jusqu’à l’absurde, d’ailleurs, quand on voit des affaires qui pourraient être résolues en quelques minutes s’éterniser pour des raisons administratives (genre il manque une autorisation de la préfecture pour traverser une rue ou conneries du même ordre).

Au fond, cette série est un peu l’anti-Code Geass (et ça ne m’étonne pas vraiment qu’elle se fasse défoncer un peu partout vu comme CG a été encensée): là où ce dernier prenait quasiment la forme d’un plaidoyer pro domo de parti xénophobe, Active Raid se concentre exclusivement sur une ville japonaise et se montre assez critique à l’égard du système politique, de la corruption qui le gangrène, de la rigidité de son administration et de la lâcheté de certains de ses membres. Les « bad guys » qu’affrontent nos policiers en armure n’y sont au fond que les symptômes les plus visibles d’un mal plus viscéral, même Mythos et ses acolytes, qui sont finalement peut-être des ennemis moins dangereux pour la Section 8 et ses membres que certaines instances légales.

De plus, la série se permet quelques écarts, avec notamment un épisode 6 magistral qui dresse de manière métaphorique un bilan assez sinistre et déprimant des Robot Anime, fort pertinent aussi bien dans son approche que dans son propos. Rien que pour celui-ci, elle vaut le coup d’être vue.

Après, ce n’est certainement pas la série de la décennie: comme dit plus haut, les personnages n’ont aucune profondeur, même Mythos (alors que c’était peut-être celui qu’il aurait fallu développer le plus), et certains sont juste totalement sous-exploités, comme Hachijô. De plus, son dernier épisode est pour le moins décevant (et c’est un euphémisme).

Il n’empêche, Active Raid ne manque clairement pas d’intérêt, en bonne héritière spirituelle de Patlabor. Mais bon, il n’est pas exclu que je me montre indulgent envers ses problèmes formels du fait que, ayant détesté Code Geass R², je ne m’attendais pas à une série de cet acabit, à la fois sans prétention et néanmoins critique, de la part de cette équipe.

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s