Le marronnier de la fin juillet (jamais deux sans trois)

Blablabla… nouveau trimestre… blabla… nouveaux anime… blablablabla… marronnier… blabla… chat qui bouffe mon câble DVI/HDMI… blablabla… Mélenchon qui fait du Kung-Fu… blabla… non, mon bureau n’est pas une litière, putain!… blabla…

91 Days: Histoire de trafics et de guerre des gangs au temps de la prohibition… ouais pas très original si on est amateur de films de gangsters, mais en anime, ce n’est pas un thème très courant. Pour le moment, ça se veut d’ailleurs relativement fidèle aux poncifs du genre et c’est plutôt une réussite dans l’ensemble.

Active Raid Second: Suite d’Active Raid premier du nom (sans blague…), avec un début pas très éloigné (le même mélange de slice of life, d’humour et de police mécanisée à la Patlabor), des anciens personnages toujours aussi neuneus et des nouveaux du même acabit. Plus qu’à espérer qu’ils ne se chient pas sur le boss final comme dans la première saison et ce sera bon.

Alderamin on the Sky: Un petit groupe de jeunes gens dans un pays en guerre se prépare à entrer à l’académie militaire, sauf qu’ils font naufrage et se retrouvent avec l’héritière du trône en plein territoire ennemi. Oh, et il y a de jolies petites bestioles mignonnes qui font vaguement de la magie. A priori, cette série a tout ce qu’il faut pour devenir soit un nouveau Rokka no Yûsha (et ça, ce serait cool), soit un nouveau The Pilot’s Love Song (et ça, ce serait naze). Wait & see.

Amanchu!: Slice of life de deux lycéennes plongeuses, l’une chevronnée, l’autre débutante; l’une survoltée, l’autre posée; l’une extravertie, l’autre timide; l’une puérile, l’autre féminine. Comme dans le manga, le rythme de l’histoire est lent (voire très lent), contemplatif et très léger dans l’ensemble. Par contre… c’était vraiment nécessaire de garder le sifflet de Hikari? Même dans le manga, ça me cassait les oreilles (je ne croyais pas que c’était possible). Enfin bon, la réalisation suit pour les scènes sous-marines et les plans d’ensemble (certains sont d’ailleurs juste magnifiques), donc on ne va pas se plaindre, c’était le principal.

Ange Vierge: Oups! Excusez-moi, j’ai confondu mon compte CrunchyRoll avec mon compte xHamst… ah bah non, en fait… Comme quoi, un titre, ça peut être trompeur. Bref. En gros, ça ressemble à un mix entre Infinite Stratos et KanColle, avec une vague histoire de mondes parallèles et d’apocalypse en prétexte pour exhiber un gynécée de connasses dans une ambiance vaguement shôjo-ai. Aucun intérêt, a priori.

Battery: Takumi Harada est un petit con arrogant persuadé que personne n’est assez bon pour réceptionner ses lancers au baseball et que son petit frère à la santé fragile, Seiha, est incapable de jouer à son sport de prédilection. Jusqu’à ce qu’il déménage et rencontre Gô Nagakura, un lycéen enjoué qui arrive le réceptionner et essaie de le convaincre que son frangin n’est pas un bras cassé. L’histoire tourne pour le moment autour de ces trois personnages, le duo Takumi/Gô aux personnalités antagonistes en étant le moteur principal. Un peu décevant pour le moment, mais bon, c’est chaud de passer après Ace of Diamond et j’ai l’impression, au vu du rythme assez lent dans l’ensemble, que le baseball y est plus un prétexte à la mise-en-scène de relations humaines qu’autre chose, ce qui ne peut s’apprécier que sur la durée.

Berserk: MES YEUX! PUTAIN MES YEUX! Comment était-il possible de chier à ce point la réalisation? On dirait des clips en MMD! Hors de question que je continue à m’infliger ce truc! Putain, c’est Berserk, merde, un peu de respect, quoi!

Bôei Bu Love! Love!: Dans la veine de la première saison, avec un nouveau duo d’antagonistes principaux narcissiques au possible, donc toujours extrêmement con. Et donc à voir, forcément.

Cheer Boys!!: Au début, je me disais que coller un chara-design de Hiroyuki Asada sur une série sur le cheerleading, c’était un peu comme essayer d’installer une carrosserie de Lamborghini sur une 4L. Mais en fait, ça va, les personnages sont plutôt attachants (même si certains relèvent un peu de la psychiatrie) et l’histoire tient bien la route: on est clairement sur de l’anime de sport tout ce qu’il y a de plus classique, les seules originalités étant la discipline concernée (faut dire que choisir le cheerleading masculin comme thème pour série animée, c’est assez couillu) et le fait que l’histoire se déroule dans une université et non dans l’enseignement secondaire auquel on est généralement habitué. Si ça implique une plus grande maturité dans le traitement des personnages par la suite, je suis preneur.

DAYS: Bon, là, c’est clair, niveau originalité, on repassera, puisqu’on a affaire à une énième série sur le foot construite sur les poncifs habituels… mais hé, tant que la réalisation suit, de quoi se plaindre? Pour l’instant, sans pour autant être du niveau d’un Kuroko ou d’un Haikyû, on peut dire que ça roule. Espérons que ça continue comme ça.

Fudanshi Kôkô Seikatsu: J’ai habituellement une profonde sympathie pour les anime qui traitent des fandoms des manga, anime ou jeux-vidéo, même (surtout) quand ils essaient de mettre en avant leurs travers. Mais là, non. Je le trouve même limite malveillant vis-à-vis du public dont il entend parler, en fait, très loin d’un Fudanshism ou d’un Otaku Girls. Si au moins c’était un minimum drôle… À oublier, donc.

Fukigen na Mononokean: « Ça vous dirait qu’on fasse xxxHolic, mais en bien? » a dû être la question du scénariste à l’équipe technique, parce que, grossièrement, c’est ça: de la slice of life d’exorciste sympa. Rien de révolutionnaire, ceci dit, mais ces trois premiers épisodes permettent de passer un bon moment.

Handa-kun: C’est… pas vraiment ce à quoi je m’attendais. N’ayant pas lu le manga, je suis incapable de dire si l’anime en suit la trame ou le parodie. Le scénario, censé raconter l’adolescence mouvementée de Handa avant qu’il ne devienne calligraphe pro, est en fait pour l’instant construit sur une suite de quiproquo que n’aurait pas renié Full Metal Panic? Fumoffu!: Handa étant socialement inadapté, il lit presque systématiquement de travers les paroles et réactions de ses camarades, et ces derniers ne sont pas en reste, eux-mêmes pas franchement futés et incapables de comprendre cet original. On est assez loin de Barakamon, et c’est un peu dommage. M’enfin bon, c’est amusant quand même.

Hybrid x Heart Magias Academy Ataraxia: Alors là, j’avoue que je suis bluffé. On dirait que des mecs ont voulu faire un dôjin R18 de Infinite Stratos (encore lui), mais en légal. Sauf qu’ils n’ont pas dû réussir à obtenir les droits; du coup, ils ont changé les noms, modifié un peu le scénar’, et en ont profité pour augmenter la capacité pulmonaire des héroïnes et rendre les armures de combat plus vulgos sexy (vous comprenez, dans l’original, on aurait pu les confondre avec des burkas). Parce que c’est exactement ce qu’est cet anime au nom à rallonge: une version de Infinite Stratos où le héros doit se taper TOUTES les nanas pour recharger leurs batteries (sinon elles crèvent en combat). Le tout avec une censure plus ridicule qu’autre chose, comme si le staff était incapable d’assumer. Allez, à la benne.

Mob Psycho 100: L’histoire d’un héros lycéen exorciste surpuissant travaillant pour un charlatant dont il est persuadé qu’il est un génie des sciences occultes; le tout traité à la One Punch Man, donc tous les persos sont cons comme pas possible (fantômes compris). Et c’est cool. Franchement cool.

New Game!: Un K-On du pauvre au pays des développeurs japonais. Si cet anime était un tant soit peu réaliste, ça expliquerait énormément de choses sur la qualité et la créativité des jeux nippons actuels…

Orange: Adaptation animée correcte d’un bon manga… alors oui, c’est cool, mais dans ces conditions, ne vaut-il pas mieux aller voir du côté du matériau original?

OZMAFIA!!: Pas joué au jeu, donc incapable de dire s’il est fidèle; ou même s’il y a un quelconque lien avec l’histoire, vu que ça ressemble plus à une espèce de parodie à fan-service. Du coup, bah je ne suis clairement pas le public visé, donc autant dire que cette série ne me fait ni chaud ni froid.

Taboo Tattoo: Je ne connaissais pas le manga avant de regarder ces trois premiers épisodes, donc je serai bien en peine de dire si c’est fidèle ou non… mais c’est un déroulement très classique: le héros acquiert accidentellement un pouvoir de taré, ça se tape sur la gueule avec d’autres persos dotés de pouvoirs de tarés (mais moins tarés que le sien), et il y a une vague histoire de complot international derrière tout ça; avec des tarés. Alors évidemment, ça ne fait pas super envie présenté comme ça, mais très franchement, c’est rafraichissant, à défaut d’être original. Un peu comme Twin Star Exorcists, en fait.

Bon, sinon, il y a aussi quelques séries sympa qui continuent sur leur lancée, comme Re: Zero, sortie un peu de nulle part et qui s’avère une excellente surprise, ou Jojo – Diamond is Unbreakable. Et puis, il y en a d’autres qui s’avèrent franchement honteuses, comme Gundam Unicorn RE:0096, qui non seulement n’apporte rien par rapport à la série d’OVA qu’elle adapte (pas même un meilleur développement des séquences rushées, alors que c’était précisément là-dessus qu’on l’attendait), mais en plus se retrouve avec un re-montage dégueulasse, ajoutant à la paresse l’incompétence. C’est d’autant plus décevant que sur le plan technique, le matériau de base était excellent.

Bon, sur ce, je vous laisse, mon chat recommence à faire des siennes.

Au revoir; à bientôt.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Mikaya dit :

    j’en ai pas vu un seul mouarf !
    par contre, ce viol pour Berserk c’est abusé quoi 😦

    J'aime

    1. tommyloser dit :

      Crois-moi, j’en suis le premier désolé. 😦

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s