8 ans de blogging… ou pas

… et par intermittence, en plus. Bref. Même si le présent blog n’a pas encore achevé sa première année d’existence, j’ai ouvert mon premier blog il y a huit ans. Et c’était déjà un blog de la lose. Petit retour, plus ou moins nostalgique.

Mon premier blog, donc, a été ouvert le 17 septembre 2008 sur une plate-forme rattachée à un site amateur de J-RPG (enfin pas que; disons que c’était le principal fond de commerce). Mais bon, vous savez ce que c’est: c’était mon premier blog, donc ça partait un peu dans tous les sens. Mais genre vraiment. J’y écrivais évidemment à propos de jeux vidéo (mais paradoxalement très peu de RPG, et quasiment jamais de J-RPG), de mangas, d’anime, de romans, de séries TV, de cinéma, de Magic the Gathering… et de tout un tas d’autres trucs qui n’avaient pas grand-chose à voir, genre des posts en mode « my life » où je parlais de mes vacances, ou d’autres en mode « serious business » où j’essayais de parler d’histoire médiévale (vu que c’est un peu devenu mon boulot); je me demande si je n’avais pas posté un ou deux machins à caractère vaguement politique aussi, d’ailleurs. Enfin bref.

Ce blog n’a pas fait long feu. Dès le début de l’été 2010, j’avais commencé à sérieusement lorgner du côté de Blogger/Blogspot et WordPress, avec l’idée de continuer sur une nouvelle plate-forme: créer un blog rattaché à un site spécialisé dont on est membre depuis plusieurs années a son lot d’avantages comme son lot d’inconvénients. Exemple ? Avantage: il y avait déjà une communauté de lecteurs potentiels toute constituée (et pour le coup assez active à l’époque). Inconvénient: c’était un peu un circuit fermé; beaucoup, en fait. Vu que ce n’était pas l’activité principale du site, les possibilités de personnalisation étaient pour le moins restreintes et les flux de syndication n’étaient pas vraiment au top, ce qui hypothéquait d’office la possibilité de se faire indexer sur un agrégateur et limitait donc la visibilité (parce que, même sans nécessairement faire dans le genre « putaclic » ou autre, quand on écrit sur un blog, c’est pour être lu; enfin en principe).

Cependant, j’ai attendu un peu de voir les possibilités offertes par Blogger et WordPress avant de franchir le pas… probablement trop longtemps, en fait. Pour la petite histoire, je n’étais plus franchement en bons termes (euphémisme) avec la communauté du site où se trouvait mon blog d’origine. Déjà parce que j’étais entré dans une phase clairement imbuvable (et je m’excuse sincèrement auprès des gens qui ont eu à me supporter à cette époque). Ensuite parce que la plupart des membres que j’appréciais le plus se faisaient de plus en plus rares quand ils n’étaient pas tout simplement partis voir ailleurs; de ceux qui restaient, il y avait une petite minorité de personnes avec lesquels je m’entendais assez bien, et une majorité avec laquelle le courant ne passait tout simplement pas ou plus (ou que je ne connaissais pas et n’essayais pas non plus de connaître, il faut bien l’avouer).

Le déclic a été un énième différend qui s’est réglé en engueulade assortie d’un bannissement temporaire, lequel s’est mué en départ définitif: d’une certaine manière, c’était la meilleure occasion possible de mettre les voiles avec une satisfaction à peu près unanime de tous les côtés; d’autant que, ne jouant plus que très occasionnellement à des J-RPG (pour ne pas dire quasiment jamais), rester sur un site spécialisé dans ce domaine n’était pas franchement pertinent (au passage, si vous aimez les RPG occidentaux je vous conseille vivement d’aller faire un tour sur RPG-France; oui, c’est HS, mais c’est pour la bonne cause).

De ce blog, il ne doit plus rester aujourd’hui qu’une page blanche sobrement assortie d’un « Closed » (comme les waters; oui, c’est une blague de chiottes), le webmaster du site n’ayant pas jugé utile à l’époque d’implémenter une fonction de type « supprimer le blog » à son interface. Au final, je ne suis resté en contact qu’avec le fondateur du site en question, son frère exportateur de geekeries japonaises vintage et un sympathique vieillard amateur de métal (qui passent ici de temps à autres; coucou les copains!), et ai coupé les ponts avec les autres (c’est vrai que certains figurent encore dans mes listes de contacts PSN & XBLA, mais vu qu’on ne s’adresse  pour ainsi dire jamais la parole, c’est tout comme). Ah pardon, il y a Mikaya, aussi; chacun porte sa croix. Bref.

Passé sur Blogger (pourquoi Blogger plutôt que WordPress? Je l’ai joué à pile ou face; véridique), il fallait repartir du bon pied, en commençant par essayer de faire un truc plus cohérent : plus question de billets en mode « my life » ou autres, tout devrait tourner autour du jeu vidéo, du manga et de l’animation. Et un peu les comics/BD aussi, quand même. Ça laissait pas mal de latitude tout en évitant de partir dans tous les sens.

Mais quand on passe d’un système avec peu de personnalisations formelles possibles à un système qui en est bourré… eh bien on fait un peu n’importe quoi: la présentation de ce nouveau blog est donc très longtemps restée un énorme bordel bourré de widgets inutiles et saloperies en tous genres. Soit à peu près l’exact inverse de l’austère précédent, maintenant que j’y pense. Je m’étais aussi un peu lâché en termes de contenu: c’était, entre autres, l’époque où Tonkam commençait à publier les mangas de Piyoko Chitose; ça ne pouvait pas se rater, quand même !

C’était aussi l’époque où Google ne masquait pas systématiquement les mots-clefs de recherche de ses utilisateurs, et j’avoue que ça m’a flanqué quelques frayeurs, avec des « il encule un fruit » ou des « gundam baise pute merde » plutôt flippants quand on essaie d’imaginer la gueule de celui qui a pu vouloir chercher ça (pour le deuxième, j’ai ma petite idée; pour le premier, je soupçonne un membre d’un mystérieux culte vegan particulièrement hardcore). Mais bon, vu que les pages les plus visitées étaient mes posts sur les mangas de Satoshi Urushihira & autres joyeusetés plus ou moins hentaiesques, niveau référencement, ce n’était pas tellement étonnant en soi.

Après, il n’y avait pas que du racolage cucul, non plus. Pour autant que je me souvienne, j’avais pas mal écrit sur les deux principales franchises de Bioware du moment, vu que c’était un peu mon obsession de l’époque. Même quand ça ne se justifiait pas vraiment (genre un post pour chaque DLC qui sortait, même les plus anecdotiques à 3 skins et 2 armes). Je ne pense pas que je referais ce genre de trucs maintenant, surtout après la douche froide qu’a été Dragon Age: Inquisition (maintenant que j’y pense, je n’ai pris aucun DLC dessus et n’ai même pas tenté le multi; à titre de comparaison, je me suis coltiné tous les DLC des jeux Bioware précédents et totalise plus de 550h de multi sur Mass Effect 3, en dépit de sa qualité très discutable). Les temps changent, comme on dit; et les goûts personnels avec, certainement.

Enfin voilà. Ce blog a continué son petit bonhomme de chemin… et est mort tranquillement, avant le deuxième anniversaire de son lancement; il aura donc duré moins longtemps que celui qu’il était censé remplacer (mais aura eu plus du double de visites, donc pas de regret de l’avoir déménagé). Passé décembre 2011, après un calendrier de l’avent nostalgico-vidéoludique qui m’avait pris pas mal de temps, il n’a plus été que très occasionnellement mis-à-jour, de manière probablement peu pertinente. La cause principale? Un blog pâtit en général beaucoup des problèmes personnels et/ou professionnels de celui qui le tient, tout simplement. Le manque de motivation s’ajoutant à cela, l’extinction des feux devient évidemment inéluctable à moyen terme, parfois moins. Et c’est justement ce qui s’est produit.

Il n’en reste aujourd’hui plus rien, si ce n’est quelques articles sur des romans (version US) de Dragon Age, cédés à Dragon Age Univers. Non, je n’ai pas fait de sauvegarde. Enfin si, mais je l’ai effacée (volontairement; par contre, je me souviens plus pourquoi; est-ce que c’était un soir où j’étais bourré?), donc c’est tout comme. Mon précédent compte Twitter a suivi peu de temps après (j’en ai rouvert un depuis, mais pour ce que ça me sert…).

Finalement, sur les huit ans qui se sont écoulés depuis l’ouverture de mon premier blog, seuls cinq (et encore) ont réellement été des années de blogging (d’où le « ou pas » du titre, en fait). Cette nouvelle version du blog de la lose n’a rouvert ses portes qu’en novembre dernier, soit plus de trois ans après la mort de la précédente (une éternité, à l’échelle du net); dans une très compréhensible indifférence, vu que j’ai l’impression que l’essentiel des gens qui me lisaient à l’époque où Sarko était encore président sont juste passés à autre chose (difficile de leur donner tort: c’est bien de mûrir, aussi). Enfin, il reste quand même cinq ou six piliers de comptoir plus ou moins assidus depuis le début, voire avant (pas vrai, Abienesst?).

Pas eu envie de revenir sur Blogger: mon opinion de Google n’a fait que se dégrader au fil des ans (elle n’était déjà pas folichonne à l’origine, en plus). En brave mouton, je me suis contenté de faire comme tout le monde: aller chez WordPress. Ce que je ne regrette pas, d’ailleurs: l’interface est plutôt intuitive et laisse suffisamment de liberté pour qu’on se sente pas enfermé. Le résultat, vous l’avez sous les yeux. Ce n’est pas la grande classe, mais bon, ce n’est déjà pas si mal (pour un mec qui est une quiche aussi bien en code qu’en design, s’entend; merci les thèmes gratuits).

Je ne sais pas vraiment ce qui m’a poussé à revenir au blogging après cette longue « pause » (néanmoins très constructive par ailleurs, mais c’est une autre histoire), tout bien considéré. Peut-être juste un retour de motivation, ou un regain d’intérêt pour les vieilleries qui me passionnaient quand j’étais plus jeune, ce qui expliquerait la multiplication de billets commémoratifs ici; et encore, je vous ai épargné les 50 ans du film Batman ou les 30 ans du film Transformers (par contre, vous n’échapperez pas aux 30 ans d’Out Run la semaine prochaine, c’est obligé: la madeleine, tout ça).

Ou peut-être est-ce un accès de nostalgite aiguë pour l’époque où Ryoweb et Soviet Voice étaient encore actifs, où le Raton Laveur écrivait plus d’un post par an et où le principal agrégateur de blogs sur les manga/anime s’appelait Blogchan. Bref, l’époque où j’ai commencé à bloguer, un temps révolu.

C’est qu’il y  a eu du changement, depuis 2008. Outre les nombreux lieux physiques et virtuels qui ont fermé leurs portes entre temps (même si ça a aussi marché dans le sens inverse), les habitudes ont également pas mal évolué, j’ai l’impression: l’oral a semble-t-il pris la main sur l’écrit, avec la multiplication des vlogs, et le format blog a l’air de s’être un peu ringardisé (ça tombe bien, je suis un vieux con). Quant-à savoir si c’est un bien ou un mal, ça… Mais finalement, j’ai surtout l’impression qu’un gros morceau de la sphère « otaque » française active en blogging il y a dix ans est passée à autre chose, ou n’a tout simplement plus assez de temps à consacrer à cette PASSION chronophage; ce qui n’est pas surprenant en soi, d’ailleurs.

Quoi qu’il en soit, merci d’être passé, et surtout d’avoir pris le temps de lire jusqu’ici (on dirait un vieillard sénile qui radote sur un banc public en alpaguant tous les passants et clodos du coin pour taper la causette; oh, un punk à chien ! Hey mec, t’as cinq minutes? J’ai de la 8-6 si tu veux!).

Au revoir; à bientôt; et Koki encule Shinobu (les vrais comprendront).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s