DanMachi – La légende des Familias 2

Après avoir suivi la série TV sur Viewster (dont le lecteur est certes discutable mais qui a le mérite d’être gratuit et sans inscription), j’ai voulu jeter un œil au LN dont elle était adaptée (parce que même si ça ne cassait pas trois pattes à un canard, c’était un bon divertissement). Petit résumé.

Bell Cranel, brave péquenot d’un monde de fantasy de MMO-RPG standard moyen, décide de suivre les conseils de feu son grand-père et de devenir « aventurier » pour serrer un maximum de meufs. Sauf qu’il est un peu neuneu et ne sais pas franchement s’y prendre avec les filles; pas dans le sens « wesh mademoiselle tu suces? » mais plutôt dans le sens « oh là là elle commence à me parler comment j’ai trop honte de mon niveau à chier aidez-moi à me planquer vite! » ou quelque chose de ce genre.

Bref, Bell Cranel a rejoint une Familia, soit une sorte de guilde dirigée par une divinité incarnée et œuvrant à la gloire de ladite divinité. Et pas n’importe quelle Familia: celle de la déesse Hestia, composée de Bell et de Hestia; et c’est tout; et oui, il s’agit effectivement d’une des plus pourries et fauchées de la ville d’Orario, où se situe le Donjon.

Donjon qui contrairement à ce qu’indique son nom n’est pas une entreprise spécialisée dans le SM, mais un simple donjon de Dungeon-RPG standard moyen (vous connaissez Druaga? Ça marche pareil). Bref, Bell va donc devoir progresser pour permettre à sa Familia d’atteindre un niveau décent et se montrer à la hauteur de Aiz Wallenstein, fer de lance de la Familia Loki qui lui a sauvé sa peau; et qui ne le laisse pas indifférent, évidemment.

Dans ce deuxième volume, nous suivons donc les progrès dans le Donjon de Bell et de la mule Lili, qui n’est pas aussi sympa et honnête qu’elle… n’en a jamais eu l’air, en fait. Mais Bell y a cru, lui (c’est dire s’il est neuneu et naïf dès qu’il s’agit d’une nana); enfin bref. Pendant ce temps, Hestia, fauchée comme jamais, en est réduite à bosser comme vendeuse pour payer sa dette à Héphaistos.

Bon. Ça vous étonnera si je vous dis que niveau originalité, on repassera? Parce que je ne suis pas certain que l’expression « déjà vu » suffise à décrire l’univers de DanMachi. On dirait, grossièrement, une fanfic sur le MMO-RPG The Tower of Druaga: The Recovery of Babylim, lequel avait déjà bénéficié en son temps d’une adaptation en anime. Avec quelques petits éléments nouveaux, comme l’implication des dieux dans le cadre de guildes (ce qui n’a rien de particulièrement original par ailleurs).

Mais peu importe: ce n’est pas parce que ça ressemble à une fanfic que c’est forcément mauvais. Après tout, 50 shades of Grey n’était-il pas à l’origine une fanfic de Twilight? OK mauvais exemple. Enfin, ça doit bien exister, les fanfics du niveau d’un roman correct, non? Non? Vous êtes sûr? Ah. Bon. Tant pis. Bref.

Mon gros souci avec DanMachi version LN est triple. Déjà, j’avais pas mal aimé l’adaptation animée; ça, je sais, c’est subjectif et on n’y peut rien, mais ça a un peu gonflé mes attentes. Ensuite, j’ai beaucoup de mal avec ce type d’écriture; je sais que c’est un LN, que ça s’apparente à de la littérature jeunesse selon les critères éditoriaux français standards, et que je ne suis donc pas le public visé. Mais le coup des onomatopées dans le texte… non, juste non. Même pour un récit destiné à un public ayant le même âge que son perso principal.

Enfin, dernier point qui me chiffonne (et qui est aussi présent dans la version animée)… c’est l’intégration diégétique des logiques de MMO jusque dans leurs aspects statistiques. Comment? Je suis juste un putain de connard qui se la pète à utiliser des mots compliqués de merde pour dire un truc simple? OK. Bon. « Le leveling chiffré est intégré au scénario » voilà, vous êtes contents? Bref. À mon sens, c’est un problème.

Bien sûr ce n’est pas le premier à faire ça: Log Horizon ou Sword Art Online en sont passés par là aussi… sauf que ça se justifiait, puisqu’il s’agit de récits où les personnages sont consciemment joueurs de MMO et où un élément modificateur vient bouleverser cette expérience de jeu. Rien de tout ça dans DanMachi: Bell ne joue pas, il explore le Donjon comme Jil dans les versions animées de The Tower of Druaga (et où il y avait certes pas mal d’éléments du MMO, mais avec un enrobage pour faire passer la pilule en mode « on n’est pas dans un jeu » et en aucun cas d’éléments statistiques).

Le gros problème avec DanMachi, c’est que l’introduction de ces éléments n’a aucun sens… sauf s’il s’agissait effectivement d’un MMO, mais que Bell n’en avait pas conscience. Auquel cas se pose un autre problème; déjà parce qu’à moins que les autres persos soient à fond dans le roleplay, il n’y a pas eu d’allusion particulière à cet état de fait jusqu’ici; et surtout parce que l’introduction dès le départ d’un élément qui te hurle à la gueule « ON EST DANS UN MMO! » ruine par avance tout effet de surprise d’un éventuel futur twist en ce sens.

DanMachi version LN est donc une petite déception et fait partie de la catégorie rare d’œuvres peut-être susceptibles de s’épanouir davantage sur d’autres formats que celui d’origine. La version anime, si elle souffre de ce même problème d’intégration de leveling, a un dynamisme que n’a pas le LN, que ce soit du fait du jeu des seiyû ou de la mise-en-scène. C’est donc à mon avis plutôt vers elle qu’il est préférable de se tourner (et puis elle a l’avantage d’être accessible gratuitement, en plus). Et espérer qu’elle connaîtra une suite. Après, le LN n’est pas une purge absolue non plus, mais il est très dispensable.

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s