Dr Strange (without love)

Bizarrement, le Dr Strange n’a que très rarement pointé son nez en dehors du monde des comics, et essentiellement depuis les années 2000 (pour un perso né dans les années 1970, c’est assez… étrange; ok, elle était pourrie). Si c’était Howard the Duck, encore, ça pourrait se comprendre; là, je n’arrive pas à me l’expliquer. Enfin, trêve de digression: que vaut le dernier film Marvel en date?

Le Dr Stephen Strange est un brillant chirurgien tellement intelligent qu’il en oublie qu’il vaut mieux éviter de rouler à plus de 260km/h sur une route sinueuse: après un accident plutôt pas cool (du genre avec séquelles), le voilà désormais incapable de tenir un scalpel. Et puisque la médecine moderne ne peut rien pour lui, ben en route pour Katmandou, où il pourra apprendre des trucs magiques, afin de retrouver son doigté et plus si affinités. Pendant ce temps, un renégat du Poudlard local du nom de Kaecilius a décidé de tout péter leur gueule aux gens en essayant de faire venir le gros démon Dormammu sur Terre, lequel lui a accessoirement promis la vie éternelle (rien que ça).

Et c’est fou comme les origin stories des films Marvel peuvent se ressembler, car, Captain America mis-à-part, elles reprennent systématiquement le même schéma: un héros brillant baignant dans la félicité (ou ce qui s’en rapproche) se prend grosse beigne dans la gueule qui fait que plus rien ne sera comme avant, met son talent à profit pour devenir un héros (en dépit de passages à vide et de remises en question diverses), devient effectivement un héros, bat le méchant et rejoint les Avengers dans le prochain cross over. Après, à la décharge du studio, on est plusieurs millions de cons à crier « présent! » à chaque nouvelle franchise adaptée, donc ce serait idiot de changer un truc qui marche: tant que le pognon continue de couler à flot, pourquoi s’emmerder?

Dr Strange le film, c’est donc un peu un Iron Man le film où la technologie et la « science » ont été remplacées par la magie et le mysticisme. Et si Iron Man déboitait visuellement… eh bien Dr Strange déboite encore plus. Bon, pas besoin de crier non plus au génie artistique, mais le film en jette, techniquement parlant, et on imagine bien que le budget CG a dû être astronomique.

Question jeu d’acteur, pas vraiment de fausse note, mais vu la gueule du casting, le contraire aurait été un peu honteux; et surtout, OSEF: le MCU, c’est du catch, rien à battre si tout le monde jouait en mode JCVD. Par contre, s’il y a bien un point sur lequel les scénaristes des films Marvel ont un problème récurrent, Dr Strange ne dérogeant pas à la règle, c’est le méchant final. Kaecilius, passe encore, ce n’est qu’un sous-fifre, mais Dormammu… Non sérieusement, ce n’est pas parce que vous bossez pour Disney que vous devez nécessairement essayer de piquer vos méchants dans leurs dessins animés, les mecs! Si vous voulez qu’il y ait un minimum d’enjeu, essayez, je ne sais pas, de leur donner un minimum de consistance?

Parce que jusqu’à présent, dans le MCU, les méchants récurrents les plus importants ont été un Jafar sans barbichette ni perroquet rigolo (mais avec des cornes, ça compense) et un testeur de fauteuils chez Conforama tellement impliqué dans son boulot qu’on ne l’a pas vu bouger son cul en quatre ans et demi. Et donc, ce n’est pas avec Dr Strange que ça va changer, vu que Dormammu n’est autre qu’Ursula de la Petite Sirène en mode trans-dimensionnel.

Du reste, je ne crois pas, pour autant, que Dr Strange se trouve dans le bas du panier du MCU, ne serait-ce que par sa réalisation technique. C’est juste que c’est déjà le quatorzième film du MCU, qu’il se contente d’appliquer encore et toujours une recette éculée, qu’on y retrouve tous les sempiternels clichés des films mystico-ésotériques ayant une séquence au Népal (la foi qui compense les lacunes de la science, le perso vaguement connard qui va trouver sa voie mystique pour devenir quelqu’un de bien, etc.), et que la technique, c’est bien beau sur l’instant, mais c’est ce qui vieillit le plus vite.

Autant dire qu’il ne restera probablement pas dans les mémoires tout en restant un divertissement familial aussi acceptable que n’importe quel Disney; alors je ne vous le conseillerai pas plus que je ne vous le déconseillerai. De toute façon, vous aviez déjà décidé d’aller le voir ou non avant même de lire ce post, il me semble, hm?

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s