Thanos: L’Ascension

Allez, pour finir le calendrier de l’avent, un recueil de comics (publiés aux USA en 2013) paru il y a presque un an dans nos contrées et qui met en scène l’origin story du plus célèbre testeur de fauteuils de l’univers: Thanos.

C’est sur Titan, lune de Saturne et lieu de villégiature des Éternels menés par A’lars (alias Mentor, fils de Kronos), que naquit le mutant Thanos, dont la naissance rendit folle sa propre mère: elle avait vu la Mort dans ses yeux. D’ailleurs, si son enfance de prime abord semblait se dérouler comme celle d’un gamin un peu geek et timide, il avait toutefois des penchants pour une curiosité morbide, encouragé par l’une de ses camarades un peu rebelle qui s’avéra être… un spoiler. Dont je me garderai, bien qu’il soit quand même attendu.

Parce que c’est un peu le principe d’une origin story quand elle touche à un personnage célèbre: on connait déjà les grandes lignes de son histoire, et par conséquent, on sait que Thanos deviendra le Titan Fou amoureux de la Mort qui s’emparera du Gantelet de l’Infini, contre lequel succombera la fine fleur des héros Marvel et qui mettra en échec les plus grandes entités cosmiques (dont Galactus, Kronos, deux célestes, l’Étranger, l’Ordre et le Chaos, entre autres; en même temps).

Bien évidemment, comme il est souvent d’usage, la première vision que l’on a de Thanos est celle d’un enfant un peu à l’écart car trop différent, mais pas particulièrement sanguinaire. Et qui le devient petit-à-petit. Lente descente aux enfers d’un individu bien intentionné ou émergence de prédispositions naturelles pour le massacre? Le récit ne tranche pas vraiment; certains personnages sont persuadés qu’il est un tueur né (notamment sa mère, Sui-san, qui cherche à l’éliminer alors qu’il n’est encore qu’un bébé), mais dans les faits relatés, la chose semble plus ambiguë.

C’est en effet la quête de sa propre nature, guidée par une « personne » peu recommandable, qui mène Thanos dans les tréfonds de la folie meurtrière; même si prédispositions il y a manifestement, c’est un événement déclencheur traumatisant qui va le pousser à transgresser progressivement toutes les règles éthiques de son peuple les unes après les autres. Thanos est donc peut-être trop brillant pour ne pas devenir dangereux pour les siens, mais la personnalité du futur Titan Fou est littéralement façonnée par l’implication directe d’au moins un élément extérieur; et dans le même temps, ce sont de probables prédispositions qui attirent cet élément extérieur. Le serpent se mord la queue.

Quoi qu’il en soit, il est un personnage qui semble hermétique à l’évolution de Thanos: son père. Persuadé jusqu’au bout que son fils est juste un surdoué particulièrement brillant, il se voile la face devant les évidences, au grand dam des siens qui comprennent petit-à-petit qu’ils ont affaire à un puissant psychopathe, jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

Exilé, Thanos se lance dans la piraterie, puis la destruction de mondes pour s’attirer les faveurs de la Mort (et finalement ressembler au Thanos que nous connaissons): toutes les possibilités de rédemption évoquées dans le récit échouent les unes après les autres. Aucun personnage secondaire, si ce n’est la Mort, ne reste d’ailleurs longuement aux côtés du Titan Fou: ce dernier demeurera donc avec son obsession personnelle pour seule compagne.

Il s’agit d’un des récits les plus sombres publiés chez Marvel Dark, collection qui ne respire déjà pas la joie de vivre à la base (on y trouve notamment aussi Magneto: Le Testament, aux tonalités proches, entre autres). Comment aurait-il pu en être autrement, vu le personnage traité, de toute façon? Et force est de reconnaître que le travail de Jason Aaron et Simone Bianchi lui rend honneur.

Tout au plus pourra-t-on leur reprocher quelques choix esthétiques ponctuels discutables, mais il s’agit d’un des meilleurs comics Marvel publiés chez nous cette année, avec des planches mémorables (comme celle de la révélation de la Mort).

Sur ce…

Au revoir; à bientôt; et joyeux Noël/Hanoukka/Kwanzaa/ce-que-vous-voulez.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s