Iron Fistinière

Alors oui, je sais, elle était facile, mais totalement justifiée: cette série, c’est juste un bon gros poing dans le cul des fans de Marvel (sans lubrifiant ni rien). Non, vraiment.

Il y a 15 ans, Danny Rand, fils d’une richissime famille new-yorkaise, est mort dans un accident d’avion en Himalaya avec ses parents; sauf que non: il arrive la bouche en cœur à New York pour récupérer ce qui lui revient de droit, à savoir son nom et son entreprise. Malheureusement pour lui, ses amis peinent à le reconnaître dans ce va-nu-pied mystique, prétendument revenu de K’un-Lun où il aurait appris le kung-fu et serait devenu l’Iron Fist, « sworn enemy of the Hand » (qui comme par hasard n’est pas étrangère à la compagnie de son papa et dont on a pu voir les exactions dans Daredevil).

Et jusqu’au quatrième épisode, on se dit: « OK, ça va, c’est pas top mais ça aurait pu être pire ». Danny est certes insupportable, mais dans l’ensemble, on a une sorte de Arrow où l’arc a été remplacé par un pouvoir mystique, et où le personnage principal (beaucoup plus naïf; non, complètement con, en fait), à la différence de Oliver Queen, doit faire face à la défiance de ses anciens « amis » et n’a plus du tout de famille; et n’a pas DU TOUT le goût du secret. Après tout, pourquoi pas HURLER à la face du monde qu’on est l’Iron Fist? Qu’est-ce qui pourrait bien arriver de mal, hein? Et puis, si on faisait totalement confiance au premier mec louche croisé, tant qu’à faire?

C’est mon plus gros souci avec cette série: elle met dès le départ en scène le plus stupide de tous les héros du MCU. Toutefois, c’est à partir de l’épisode 5 que les choses commencent vraiment à partir totalement en vrille. Si vous voulez des twists et des deus ex machina, vous en aurez; et il est même probable que vous ne les voyiez même pas arriver à l’avance: ils sont tellement forcés, tellement illogiques et incohérents, tellement capillotractés pour certains que la série en devient imprévisible (dans le mauvais sens). Sauf pour le meurtrier des parents Rand, dont l’identité ne fait aucun doute dès son apparition à l’écran (alors que c’est un peu le leitmotiv principal du héros, mais bon, hein, on est plus à ça près).

Avoir un perso principal débile est une chose, mais quand c’est l’histoire qui l’est, c’est encore pire. Iron Fist, version comics, était en quelque sorte un hommage aux films d’arts martiaux hong-kongais (et dans une moindre mesure au chanbara); mais ici, l’hommage est devenu une parodie involontaire, tellement sa lourdeur est pachydermique (alors, oui, je sais, l’appellation « pachyderme » n’a plus aucune valeur scientifique depuis qu’on emploie une taxonomie basée sur une classification phylogénétique et… mais qu’est-ce que je raconte, moi?).

Outre le fait que c’est écrit avec le cul, tout ce qui devrait être cool, tout ce qui devrait être impressionnant, tout ce qui devrait être épique est ridicule. Un peu comme dans une contrefaçon indonésienne, mais avec plein, plein de fric. Les ennemis puent tellement la faux-culterie (et l’incompétence crasse) que Tom Hiddleston a l’air crédible en dieu de la manipulation, en comparaison (ou François Fillon en homme politique intègre, si vous préférez): ce n’est plus The Hand, c’est le Foot Clan (sans Shredder). Quant-aux side-kicks…

Davos, l’acolyte de K’un-Lun, arrive trop tardivement pour être autre chose qu’un connard jaloux de Danny et de son pouvoir. Colleen Wing, pourtant très sympa au début, est victime d’un twist qui la rend… nulle. Et Claire Temple, le fil rouge des séries Marvel-Netflix, a pris tellement d’importance depuis Luke Cage que c’est un peu comme si Iron Fist pouvait s’appeler Claire Temple – Season 5; ce qui ne serait pas un problème si le personnage n’était pas au passage devenu chiant comme la pluie.

Au point qu’on en vient à se demander si Iron Fist n’a pas pour seule utilité de présenter Danny, introduire la deuxième Daughter of the Dragon (la première étant Misty Knight, vue dans Luke Cage) et montrer le build-up de Claire en héroïne de la baston de rue. Tout ça en vue de la sortie de The Defenders dans le courant de l’année.

En bref, la série est mal écrite comme pas possible, mal foutue dans l’ensemble et avec des enjeux négligeables. Il s’agit indubitablement de la PIRE série Marvel-Netflix, la seule a faire autant l’unanimité contre elle. Genre sur Rotten Tomatoes, quand toutes les autres saisons 1 sont à plus de 90% de critiques favorables au Tomatometer, celle de Iron Fist n’arrive même pas à 20. C’est donc un bon gros bide. Et une putain de déception.

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Mikaya dit :

    Okéééééééééééééé, et dire que j’ai presque failli me laisser tenter ! non donc non ! j’ai déjà pas beaucoup de temps alors la je vais grave faire l’impasse… ET TOM HIDDLESTON EST UN TRES BON LOKI (non mais :p)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s