Gundam Build Fighters: GM’s Counterattack

M’est avis que l’évidente référence à un célèbre film d’animation de la franchise n’est pas un hasard. Quoi qu’il en soit, l’ONA de GBF de cet été est sorti (tout à l’heure), donc petit retour (et oui, je sais qu’il y a aussi Battlogue, mais qu’est-ce que vous voulez que j’en dise à part « oh la jolie pub »?).

Quelques temps après les événements de la fin de GBF, le génial Nils Nielsen a développé un tout nouveau système de Gunpla Battle (en gros, celui qu’on voit dans GBFT) et a invité ses anciens adversaires/rivaux/copains (dont Sei Iori) à y jeter un coup d’oeil en avant-première. Sauf que la Gunpla Mafia a décidé d’y mettre son grain de sel et défie la bande, avec pour enjeu l’annulation du tournoi international de Gunpla Battle, parce que… euh… ils sont méchants?

Et c’est là le premier GROS problème de cet ONA: il n’y a aucun enjeu réel, tant les bad guys sont pathétiques. Si la GM passait encore dans la série animée, il faut bien dire qu’elle n’occupait qu’une portion congrue du scénario. Ici… bin… en fait, il ne devrait même pas y avoir d’histoire, vu que la réaction logique de Sei et ses potes devrait simplement être « ok, j’appelle les flics; vol + effraction, ça suffit amplement pour vous faire embarquer » (même au Japon). En plus, ces cons médiatisent le larcin en direct, rendant le truc encore plus improbable.

Autre problème, la scénarisation de ce « défi GM » est celle d’une OVA de Saint Seiya. Mais genre complètement: la bande de Sei doit « gravir » une tour en laissant un des fighters affronter un des mecs (ou meuf) de la GM à chaque étage, pour rejoindre (en piteux état) le reste du groupe pour le boss fight. Sérieusement, les mecs, ça ne marchait déjà pas en yoroi heroes gatari, pourquoi pensiez-vous que ça pouvait marcher pour du combat de plamo?

D’autant que, niveau intensité et vu que la GM passe son temps à tricher, les combats ne sont pas franchement ce qui s’est fait de mieux sur cette sous-franchise de la franchise: entre le mec qui envoie TOUS ses gunpla au front (des GM, évidemment), celui qui se fait OS avant même le début de l’affrontement juste parce que son adversaire n’est pas complètement con, ou encore celle qui se bat en agitant ses boobs pour déconcentrer l’ennemi… non mais sérieusement…

Toutefois, le dernier « acte » sauve les meubles. Pas qu’il y ait grand-chose à dire dessus, mais on va dire que c’est lui qui justifie l’existence de l’ONA, pour deux raisons: le retour de Reiji et l’explication du « pourquoi il y a un gunpla fabriqué par Sei dans le trophée de la salle du club de Gunpla Battle quand Sekai le rejoint ».

Ce qui fait que je viens de vous spoiler méchamment, mais honnêtement, c’est pour la bonne cause: sans ça, difficile de donner envie de regarder le machin. Parce que clairement, c’est le SEUL intérêt de cet épisode: voir, enfin, l’affrontement Sei/Reiji dans des circonstances optimales, chacun avec le meilleur Gunpla possible à leur disposition: Le Build Strike Cosmos et Build Burning. Et ce combat en jette, justifiant à lui seul de regarder l’ONA. Sauf qu’il est (malheureusement) trop court.

Franchement, il aurait été bien plus accepté par les fans (enfin, je pense) de voir rusher un fight rapide contre la GM pour prendre le temps de s’attarder sur ce combat, quitte à l’étaler sur une vingtaine de minutes. Au lieu de ça, on a droit à 28min dispensables pour trois minutes de vrai bon gros duel en bonne et due forme.

Ceci étant dit, le côté technique est à peu près irréprochable. L’animation et le dessin sont une réussite totale, comme c’est désormais la norme sur la franchise (il n’y a pas eu de vrai ratage en la matière depuis Gundam Seed Destiny), même si on peut discuter l’aspect esthétique (perso, j’adhère).

Le model-design (ouais, parce que parler de mecha-design ici est un peu hors sujet) est correct, mais on a connu le staff plus inspiré; en outre, les « nouveaux » gunpla des héros sont un peu l’ombre de ceux qu’ils utilisaient auparavant, ce qui est un peu dommage (exception faite, évidemment, du Build Strike Cosmos et du Build Burning).

Quant-à l’aspect musical, il a toujours été un des points forts de GBF, et le nouvel insert/ending de BACK-ON se situe totalement dans la lignée de ses augustes prédécesseurs. C’est aussi avec plaisir qu’on retrouve les thèmes de la série, toujours aussi appropriés.

Soyons francs: cet épisode est une déception. Et une sacrée déception. Pas sur le plan technique, ni même esthétique: c’est l’histoire qui n’a absolument aucun intérêt, si ce n’est dans ses dernières minutes (et c’est surtout pour les fans). Il aura juste eu le mérite d’apporter une forme de conclusion à l’arc « Sei Iori/Reiji » (qui n’en avait pas nécessairement besoin d’ailleurs) en nous montrant que, maintenant, Sei rivalise totalement avec son ancien coéquipier. Comme on s’en doutait déjà. Bref, ce n’est pas plus mauvais que l’épisode de GBFT sorti l’été dernier, mais ça n’a pas plus d’intérêt.

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s