Marvel vs. Capcom a 20 ans

Marvel vs. Capcom: Clash of Super Heroes. Ça, c’est un nom qui pète, pour un jeu qui déchire. Capcom était pour le moins prolifique en ce concernait les jeux de combats, à l’époque, à raison d’au moins un Street Fighter par an depuis 1991, auquel venait s’ajouter un cross over annuel, depuis X-Men vs. Street Fighter en 1996. Si celui de 1997 avait élargi le champ aux autres héros de Marvel, celui de 1998 regardait, lui, un peu plus du côté de Capcom, ne se limitant plus à la seule franchise Street Fighter.

Tout en réduisant cependant le nombre de persos jouables à 15 de base (plus une demi-douzaine cachés). Aux quelques « survivants » des épisodes précédents (Chun-Li, Ryu & Zangief côté Street Fighter; Wolverine, Gambit, Hulk, Spider-Man et Captain America côté Marvel) venaient s’ajouter quelques nouvelles têtes. War Machine remplaçait Iron Man, Venom pointait le bout de sa langue dégueulasse, tandis que, côté Capcom, c’était le festival avec l’arrivée tonitruante de Megaman, Strider et Morrigan (Jin & Captain Commando restant moins populaires). Parmi les persos cachés, beaucoup de swap colors, comme Shadow Lady (aka Dark Chun-Li), Red Venom, Gold War Machine… mais aussi quelques « nouvelles » têtes, comme Roll (« petite sœur » de Megaman, aka Rockman au Japon, d’où son nom).

D’un autre côté, ça voulait dire aussi beaucoup de persos dégagés, et c’est donc avec un peu de tristesse qu’on vit disparaître la plupart des X-Men et des Street Fighters… ou pas. Parce que le jeu, toujours un tag battle 2 vs. 2 comme ses prédécesseurs, ajoutait un striker pour intervenir de temps à autres dans le combat. Parmi ceux-ci, Juggernaut, Magneto, Jubilee, Cyclops, Thor, Arthur… Et pour ceux qui regrettaient la quasi-absence des shoto (omniprésents dans Marvel Super Heroes vs. Street Fighter), il y avait moyen, avec Ryu, de changer de stance pour utiliser des coups de Ken & Gouki.

Pour le reste, le gameplay revenait plus ou moins à celui de X-Men vs. Street Fighter, à base de tag fight, de furies simultanées, de coups qui prennent 2/3  de l’écran… Quant-au boss de fin, exit Apocalypse: il fallait quelque chose de beaucoup plus fort, pour marquer le coup. Or, il se trouve qu’en 1996 avait fait son apparition dans X-Men un villain particulièrement balèze: Onslaught, fusion maléfique des aspects les plus négatifs de Xavier & Magneto.

Pour la petite histoire, ledit villain avait donné alors lieu à l’un des plus longs cross over de l’histoire de Marvel, et s’était conclu par la mort de la plupart des super héros non-mutants, tels que les 4 Fantastiques, Thor, Captain America ou Iron Man (quelques temps plus tard, Marvel reviendra en arrière en mode « ah mais en fait non ils sont pas morts lol » brisant ainsi une bonne part de l’aspect dramatique de leur sacrifice). Quoi qu’il en fût, Onslaught était pour Marvel vs. Capcom le boss de fin idéal. Et il est resté jusqu’à ce jour le plus pété de tous les bosses de la saga de cross over: je vous assure que passer de Apocalypse (boss relativement facile) à ça donnait une sensation très étrange.

En arcade (sur CPS2), le jeu connut son petit succès sur le moment… définitivement éclipsé par la sortie deux ans plus tard d’un deuxième épisode, intitulé Marvel vs. Capcom 2: New Age of Heroes (sur Naomi). Dont le succès fut principalement imputable à une chose: 56 personnages jouables. Pour beaucoup, ce fut avec cet épisode que les précédents devinrent obsolètes. Si, personnellement, j’ai évidemment suivi le mouvement comme un gros mouton, rétrospectivement, je crois que je préfère MvC à MvC2: son identité est plus marquée, son gameplay est plus « particulier » et chaque personnage a un intérêt.

Quoi qu’il en soit, MvC a été porté en 1999 sur Dreamcast et PlayStation. N’ayant pas joué à cette dernière version je ne me prononcerai pas sur la qualité de son adaptation; en revanche, la version Dreamcast était très proche de son homologue arcade, pour autant que j’ai pu en juger (comme c’était souvent le cas avec les portages DC, d’ailleurs). Mais là encore, avec la sortie l’année d’après de MvC2, ce n’est pas lui qui est resté dans les mémoires.

Toutefois, il est reparu en 2012 sur XBox Live et PSN, dans une compilation intitulée Marvel vs. Capcom: Origins, qui ne comprenait que deux jeux: lui, et Marvel Super Heroes (autre très bon jeu de fight des années 1990, en dépit d’un roster parfois discutable, et qui proposait Dr Doom et Thanos comme bosses de fin). L’ennui, c’est que cette compilation est arrivée plus de 3 ans après le portage sur ces mêmes plateformes de MvC2, et surtout un an après le très sollicité Ultimate Marvel vs. Capcom 3 (et accessoirement une foultitude d’autres jeux de combat plus ou moins récents sur les machines en fin de vie de cette époque): elle est donc passée complètement inaperçue. En dépit de features pas inintéressantes du tout (comme le fait de pouvoir débloquer les persos cachés sans avoir à se taper une manip’ à la con).

Y rejouer aujourd’hui? Totalement. Sur la version MvCO, à mon avis la plus intéressante.

Au revoir; à bientôt.

PS: petite anecdote, rapportée par The Fighters Generation: l’actrice canadienne Alyson Court, qui doublait Jubilee dans la série animée X-Men, avait été sollicitée pour faire la voix de son personnage dans MvC… où son texte se limitait à « Fireworks! » (ou presque). Ce devait être la dernière fois qu’elle prêtait sa voix à ce personnage, mais ce n’était que le début de sa collaboration avec Capcom: deux jours avant MvC était en effet sorti au Japon un certain Biohazard 2, dans lequel elle doublait une certaine Claire Redfield, rôle qu’elle assura jusqu’en 2014.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s