Avengers: Infinity War

Cette fois, on y est. Le début de la conclusion d’un cycle entamé il y a dix ans et dont le boss final est teasé depuis 2012. Premier volet d’un diptyque vendu comme une apothéose, une grande baston qui allait être marquée par la disparition définitive d’un certain nombre de héros, qui, il faut bien…

Vrac de trucs japonais terminés (sixième édition)

Ouais, j’arrête avec le latin dans le titre, déjà parce que ça risquait de prêter à confusion, et aussi parce que… bah j’ai envie, stou. Ah, aussi, ce sera un peu plus long que d’habitude (il faut dire qu’il y a eu une avalanche de nouveaux titres sur Netflix ces dernières semaines).

… et soudain, NoLife s’en fut

Enfin, pas encore tout à fait: NoLife fonctionne, au moment où j’écris ces lignes, en « mode zombie » à coups de rediff’, jusqu’à extinction définitive des feux. Après, ce n’est pas non plus comme si on ne s’y attendait pas, vu que le staff insiste depuis un bail sur la précarité de la situation économique de…

Ghostland

… est un film de Pascal Laugier. Et c’est là que je suis bien embêté, puisque, con comme je suis, je n’ai vu aucun autre de ses films avant. Or, après visionnage de celui-ci, je dois bien avouer que je le regrette, car Ghostland est un film horrifique glaçant.

Les Déportés du Cambrien

Je réalise que, jusqu’à présent, je n’ai rien écrit ici sur mes auteurs de SF préférés. Il est plus que temps d’y remédier, et on va commencer par Robert Silverberg (aucun lien), avec Hawksbill Station, traduit (littéralement, évidemment) en français par Les Déportés du Cambrien… et je crois qu’il y avait un module « Titres de…