Ghostland

le

… est un film de Pascal Laugier. Et c’est là que je suis bien embêté, puisque, con comme je suis, je n’ai vu aucun autre de ses films avant. Or, après visionnage de celui-ci, je dois bien avouer que je le regrette, car Ghostland est un film horrifique glaçant.

Pauline a hérité de sa tante une vieille maison (remplie de poupées bien creepy) paumée en rase-campagne. Elle décide d’y emmener ses deux filles, Vera (en pleine crise d’ado) et Beth (aspirante-écrivain fan de Lovecraft). Malheureusement pour elles, un duo de psychopathes s’introduit chez elles pour les agresser. Des années plus tard, Beth a réalisé son rêve de faire de l’écriture son métier; mais Vera, elle, n’est jamais mentalement sortie de cette nuit douloureuse. Lorsque, un soir, elle appelle sa sœur à l’aide, cette dernière revient chez sa mère pour constater que Vera est victime de phénomènes inexplicables.

À l’instar du Secret des Marrowbone, Ghostland joue sur la corde fantastique, entremêlant l’illusion et la réalité, en tentant de plonger le spectateur dans l’incertitude: Vera & Beth sont-elles confrontées à une (ou plusieurs) entité surnaturelle, ou Beth est-elle en train d’halluciner? Jusqu’au moment où le réalisateur tranche définitivement, changeant la tonalité du film, mais pas sa portée horrifique.

L’ensemble du film repose sur les épaules de ces deux personnages, incarnés par quatre actrices qui, chacune, s’en tirent très bien (même si ça ne s’est pas fait sans heurt pour Taylor Hickson). Tout comme les acteurs chargés d’incarner les deux agresseurs, pour le moins flippants (en particulier Rob Archer, dans le rôle d’un « Fat Man » fétichiste et particulièrement brutal). Ceci étant dit, pour être tout à fait honnête, je ne connaissais personne dans le cast avant de le voir (la plupart des personnes jouant dans ce film s’étant surtout faite connaître à la TV), à l’exception de Mylène Farmer, qui incarne Pauline.

Cette dernière n’a pas la réputation d’être une brillante actrice, mais on ne peut pas dire que, dans Ghostland, elle soit hors de son rôle. Bien au contraire: son jeu a un côté « étrange » très approprié compte tenu des circonstances (sauf, à la limite, au début, avant que les éléments de fantastique ne viennent s’en mêler), un petit côté qui se veut rassurant mais s’avère au final plutôt inquiétant, surtout dans un tel environnement (elle est probablement la seule à vraiment apprécier sa nouvelle maison et sa décoration, d’ailleurs).

Et puisqu’on en parle, la maison est presque un personnage à part entière, Laugier renouant avec la tradition du film de « haunted house » qui n’a plus vraiment la cote ces derniers temps. Les grincements du bois, les recoins sombres, les bruits inexpliqués et surtout ces putains de poupées sont autant d’éléments propres à générer une ambiance oppressante. D’ailleurs, la précédente propriétaire devait être une sacrée psychopathe, puisque tout semble avoir été agencé pour faire flipper: il y a même quelque part un « Jack in the Box » calé là, sans raison. Bref, tout est là pour poser un huis clos horrifique qui prend aux tripes. Mais pas que.

Le film a un côté thriller/revenge assez prononcé, puisque le début de tout, ce n’est pas tant le déménagement que l’agression à domicile par les deux cinglés. Deux cinglés qui ne sont pas à leur premier coup d’essai, des monstres de foire qui auraient un jour décidé de devenir de véritables monstres. S’y opposent deux jeunes filles et leur mère, dans un combat totalement déséquilibré qui s’étalera bien plus loin que ce que Beth est en mesure d’imaginer.

Et je vais m’arrêter ici. Pas que j’en ai particulièrement envie, mais, je ne peux pas continuer sans spoiler comme un putois; or, le film mérite clairement d’être vu (à condition de ne pas être hostile au thrillers horrifiques), et il serait très dommage de rater ses quelques retournements. Ça me redonnerait presque confiance dans le cinéma français, en fait.

Au revoir; à bientôt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s