Avengers: Infinity War

Cette fois, on y est. Le début de la conclusion d’un cycle entamé il y a dix ans et dont le boss final est teasé depuis 2012. Premier volet d’un diptyque vendu comme une apothéose, une grande baston qui allait être marquée par la disparition définitive d’un certain nombre de héros, qui, il faut bien l’admettre, avaient fini par s’accumuler (vingt-trois sur l’affiche, en comptant les side-kicks; et encore, il en manque). Maintenant, ce sont les frères Russo qui sont aux commandes, à qui on devait les deux derniers épisodes de Captain America (Civil War, passait encore, mais Winter Soldier était au mieux inutile). En plus, le précédent film Avengers était le discutable Age of Ultron, tandis que de bien meilleurs films estampillés MCU sont sortis depuis. C’est donc avec un enthousiasme tempéré de circonspection que je suis allé voir Avengers: Infinity War.

Thanos s’est levé de son siège pour aller péter la gueule aux Asgardiens et récupérer le Tesseract. Ce dernier contient en effet une des Pierres d’Infinité, lesquelles, une fois rassemblées, lui donneront un pouvoir démiurgique sur l’univers. Laissant Thor pour mort, il tourne désormais son attention vers les autres Pierres connues, et il s’avère que deux d’entre-elles se trouvent sur Terre: l’une entre les mains du Sorcier Suprême (sous la forme de l’Œil d’Agamoto) et l’autre sur le front de l’androïde Vision.

Première chose: si vous avez du retard dans votre visionnage des films du MCU, rattrapez-le avant d’aller voir Avengers 3. S’il y a eu pas mal de stand alone dernièrement, et si Les Gardiens de la Galaxie ont, suivant la volonté de James Gunn, gardé une certaine distance vis-à-vis du reste du MCU, ici, tout se télescope à vitesse grand V, sans prendre le temps d’exposer quoi que ce soit en dehors du plot principal (et encore). Si on peut à la limite faire l’impasse sur Spider-Man: Homecoming, il est a priori indispensable de savoir ce qui s’est passé dans les autres précédents films.

Deuxième chose: la comparaison inévitable avec les comics est… à éviter. Ou plutôt, il est nécessaire de prendre du recul et de se dire que des libertés étaient absolument inévitables. Certaines sont évidentes, comme l’absence des X-Men ou des 4 Fantastiques pour des questions de droit; d’autres sont peut-être plus discutables mais pas nécessairement impertinentes. Les principales étant les motivations profondes et la personnalité de Thanos.

Dans les comics, ce n’est pas pour rien qu’il est surnommé le « Titan Fou » et qu’il inspire la terreur à l’ensemble de la galaxie. Ici, il est… presque bienveillant, en fait. Ce qui en est montré de son passé est très éloigné du monstre sanguinaire psychotique auquel on était habitué sur format papier. Après, c’est sûr que ce n’est pas un enfant de chœur, mais la différence fait un petit choc. Et pas seulement par rapport aux comics: c’est aussi le villain le plus travaillé du MCU jusqu’ici, à l’exception de Killmonger dans le très récent Black Panther. Marvel Studio aurait-il rompu avec sa malédiction des villains systématiquement pourris?

Pour ce qui est de la scénarisation, il y a à boire et à manger. Déjà, on l’a dit, l’exposition se limite à son plus simple appareil, vu qu’elle a été en grande partie effectuée dans les épisodes précédents. L’ennui, c’est que certains nouveaux éléments subissent le même traitement: le fameux Ordre Noir est ainsi à peine survolé (au point que je ne me rappelle même pas s’il est nommé dans le film), bien que son rôle de « middle bosses » en fait un groupe de personnages absolument incontournable. Les scènes d’actions, quant-à elles, sont inégales, mais plus en termes d’intensité qu’en termes de qualité technique proprement dite.

Ensuite, tout va très vite, mais ce n’est pas nécessairement un reproche. L’inconvénient de la chose, c’est que rien n’a le temps de se poser, si ce n’est quand Thanos, Eitri ou Dr Strange décident de papoter un peu. Et cependant, le montage speed est de nature à faire ressentir au spectateur la situation d’urgence dans laquelle se trouvent les Avengers et les Gardiens: du pur show don’t tell dynamique, en fait. En conséquence, le film, bien plus que les précédents, se pose pratiquement comme une suite de scènes d’action, agrémentées de quelques moments de grâce ponctuels, souvent dramatiques (bien que l’humour Marvel soit toujours bien présent).

Maintenant, côté artistique, ça relève de l’empilement: pas grand-chose de neuf ici, l’essentiel est du déjà-vu ou recyclé de précédents films du MCU, que ce soit en termes de design, de musique, etc. Après, vu que c’est un cross over, ce n’est pas illogique en soi, mais ça aurait pu être mieux. Je dis ça, mais ce n’est pas non plus Justice League, hein. Juste qu’on a connu plus inspiré (au hasard, le premier Avengers, dont le thème par Alan Silvestri est devenu iconique).

Enfin, il y a eu beaucoup de spéculations sur ce film. Sur qui allait mourir, survivre, etc. J’avais moi aussi mes petites théories sur la chose; et je me suis planté de bout en bout. Car le film prend à contrepied certains clichés, logiques classiques de blockbuster hollywoodien ou attentes de fans, et n’hésite pas à… merde, spoiler. Pour rester dans le vague, disons que, si le déroulement est prévisible, la forme qu’il prend est parfois étonnante: les frères Russo se sont manifestement mis en tête de surprendre le spectateur sans user de gros twists incohérents, ce qui donne d’ailleurs à certaines morts un côté à la fois logique et pourtant totalement random.

J’étais très dubitatif quant-à la capacité du duo de réalisateurs à se montrer à la hauteur des enjeux (vu que Civil War, c’était cool, mais aurait pu être beaucoup mieux). Il s’avère que le boulot est fait, et qu’on obtient une production bien meilleure que ce qu’ils ont pu faire auparavant. Et qui s’avère au fond très télévisuelle: ça ressemble clairement à un avant-dernier épisode de saison finale. Un bon avant-dernier épisode de saison finale. On regrettera juste que les sbires de Thanos n’aient pas droit au développement minimal. Mais vivement la suite.

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Trop envie de le vooooooooir 😀 vivement sa sortie DVD ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s