Vrac de trucs japonais terminés (septième édition)

le

Post un poil plus court que d’habitude, parce que… ben, en gros, je voulais faire un post complet sur I am a Hero, mais j’avais trois ou quatre autres trucs à caser à côté (pour lesquels j’avais juste la flemme de faire un post entier). Donc j’ai (beaucoup) raccourci le laïus sur le manga de Kengo Hanazawa et rajouté le reste. Voilà.

Mangas

I am a Hero: récit de la survie d’un auteur de manga raté en plein apocalypse « zombie » (même si c’est en fait un peu plus compliqué que ça). Ce qui est cool, c’est qu’on a échappé à pas mal de clichés du genre, mais surtout que son personnage principal contredit le titre (ce qui n’a rien d’innocent): jamais totalement désintéressé, libidineux la moitié du temps, souvent con, commettant erreur sur erreur… bref, c’est un peu un boulet, dont la seule qualité est de savoir se servir d’un flingue. Mine de rien, ça ne va pas de soi: on n’est pas aux USA, là. Quant-aux « zombies » (ou ZQN), ils sont finalement bien davantage que ça, comme des formes « sociales » et physiques de transcendance (je n’en dirai pas plus, au risque de spoiler ceux qui ne l’ont pas encore lu). Malheureusement, le dernier tome n’est pas franchement à la hauteur du reste, et c’est un euphémisme: la « fin » en elle-même s’avère pour le moins décevante. Maintenant, je persiste à le conseiller à tous les fans de fictions à zombies/infectés. En gardant à l’esprit qu’on est moins proche des films de Romero que de Je suis une légende (le roman, s’entend; dont le titre original ressemble d’ailleurs beaucoup à celui du manga, et j’ai du mal à croire que ce soit une simple coïncidence).

Gunnm – Other Stories (édition originale): comme l’indique le titre, il s’agit d’un volume (nouvellement réédité) de side stories autour de Gunnm, centrés sur une poignée de personnages (Ido avant que Gally ne débarque, Koyomi après la disparition de Den, etc.). L’avantage de l’univers de la franchise, c’est qu’il se prête plutôt bien à ce genre de digressions et histoires courtes. Maintenant, c’est assez clairement facultatif par rapport à l’œuvre d’origine. On peut considérer ça comme un bonus plus ou moins intéressant, en fonction de l’intérêt qu’on porte au manga de Yukito Kishiro. Contrairement à Last Order, qui lui entre dans la catégorie « était-ce bien nécessaire? »

Anime

Sword Gai: il existe dans le monde des lames capables dotées d’une âme et capable de posséder leur porteur, jusqu’à en faire de véritables machines à tuer commettant moult meurtres. C’est ce qui est arrivé aux parents de Gai, recueilli par un célèbre forgeron qui lui greffera le sabre meurtrier sous forme de prothèse de bras, tandis qu’une organisation se met en tête de rassembler toutes ces lames. Et c’était très oubliable, que ce soit en termes d’histoire, de scénarisation, de doublage, de musique, de design, de qualité technique… Au point que j’ai même failli oublier de le caser ici, c’est dire.

Light Novel

DanMachi, volume 6: premier volume garanti 100% sans donjon. Ce qui est pour le moins surprenant, mais pas inapproprié: il faut dire qu’on en a déjà pas mal bouffé, et qu’il s’est souvent agi de phases de farm ou de pex. Ici, c’est Apollon qui vient semer sa zone en provoquant Hestia pour tenter de s’emparer de son protégé. Et c’est aussi la première fois, maintenant que j’y pense, qu’on a du vrai serious business entre divinités, lesquelles avaient jusque-là surtout joué en coulisse ou de manière excessivement détournée. Ceci étant dit, Apollon fait quand même pas mal pitié, par sa maladresse, son arrogance et sa stupidité. Ses sbires un peu moins, même si leur naïveté est par moment assez agaçante. C’est surtout la remise au goût du jour du mythe de Cassandre, assez inutile, qui les fait passer pour des teubés (vu que cette dernière se contente de sortir des évidences, quand sa malédiction la condamne à ne jamais être crue). Enfin, c’est surtout l’occasion pour la petite Familia Hestia de s’étoffer un peu, en récupérant au passage quelques éléments qui y avaient de toute façon déjà un pied. Aucune réelle surprise, mais vu que ce volume couvre une partie de l’histoire qui, à ma connaissance, n’a pas été adaptée en anime, ça lui confère un intérêt supplémentaire par rapport aux premiers.

Film

Fullmetal Alchemistça commençait à faire un petit moment déjà que l’algorithme de Netflix me tannait pour que je le voie (en même temps, ce même algorithme me conseille le dernier spectacle de Danny Boon parce que j’ai regardé Zodiac; j’aurais dû me méfier). Alors, comment dire ça sans être insultant… C’EST UNE PUTAIN DE DAUBE!!! Le scénario commence vaguement comme celui du manga, avant de partir en vrille passé la première heure parce que, évidemment, on n’a pas le temps de développer (manquent du coup à l’appel les deux persos les plus charismatiques du manga, à savoir Scar et Izumi Curtis). Ensuite, niveau visuel, tout sonne toc, que ce soit practical ou CG (on est au niveau d’une production The Asylum, là). Même au simple niveau des tenues vestimentaires ou des cheveux, il n’y a rien de crédible, c’est comme si c’était fait exprès. Et bien sûr, 100% japan washing (je sais, cette expression n’existe pas; mais il n’y a pas d’équivalent japonais à « white washing » alors j’invente), avec des acteurs qui pour certains sont dans le ton surjoué habituel des drama, et pour d’autres semblent morts à l’intérieur (ou juste là pour encaisser le chèque, je n’en sais rien). On peut faire mille reproches au Death Note de l’été dernier, mais c’était quand même une meilleure adaptation que ça.

Et finalement, j’aurais peut-être dû me contenter de parler de I am a Hero. Tant pis, ce qui est fait est fait.

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s