Jurassic World: Failed Kingdom

Vu la gueule du premier, j’aurais dû me douter que celui là non plus n’allait pas être du niveau de Jurassic Park. Mais je ne pensais pas que Jurassic World: Fallen Kingdom réussirait à ce point dans le fail.

Le volcan d’Isla Nublar est entré en activité et menace l’existence de l’île aux dinos. Heureusement, le premier partenaire financier de J. Hammond, B. Lockwood (dont on n’avait jamais entendu parler jusqu’ici, non?) décide de financer l’évacuation d’un maximum des bêbêtes, vers une île-sanctuaire. Pour se faire, il s’en remet à son plus fidèle collaborateur, un certain T. Raitor (ok, c’est pas son vrai nom, mais c’est marqué en rouge sur sa gueule, faites pas chier). Ce dernier recrute donc une équipe, avant de se tourner vers Claire Dearing et Owen Grady: ils sont en effet les seuls à pouvoir retrouver Blue, la dernière raptor encore en vie. De retour sur l’île, ils ne constatent pas que l’équipe sur place est plus que louche, se font trahir (noooooon? ça alors!), le volcan entre en éruption, et le reste du film part tellement en vrille que j’ai dû me pincer plusieurs fois pendant la séance pour être sûr que je n’étais pas en train de cauchemarder.

Signe avant coureur: le film s’ouvre sur une des scènes les plus connes de toute l’histoire de la connerie. Un mélange entre Les Dents de la Mer 3 et Peur Bleue (deux chefs d’œuvre, évidemment…), mais avec un mosasaure exagérément grand et un T-Rex; et évidemment avec les morts qui vont avec. Morts qui auraient pu être évitées si les mecs avaient simplement utilisé un mini sous-marin télécommandé au lieu d’envoyer des gens dans le bassin, en ouvrant grand les portes vers l’océan à un énorme lézard marin « qui doit bien être mort depuis le temps lol » (un coup de sonar dans le bassin pour vérifier, c’était trop compliqué?).

Et ça n’était que le premier facepalm; au moment où j’écris ce truc, j’ai encore un hématome sur le front. Parce que tout est vraiment complètement con dans ce film. Je ne dirai rien sur les persos principaux archétypaux au possible, on n’en est même plus là: la base même de l’histoire n’a juste aucun putain de sens. Absurdité du « vrai » pourquoi de l’expédition, absurdité des twists, absurdité de l’idée d’utiliser (encore) un putain de dino pour la guerre, absurdité du comportement juste incroyablement con du personnel recruté par T. Raitor (en particulier A. Bruti, le chasseur en chef), absurdité d’un nombre hallucinant de scènes où la débilité ambiante dépasse l’entendement…

Enfin bref. Le seul point positif que je vois à ce film tient à sa dimension visuelle et technique, vu que les effets spéciaux sont à la hauteur de la franchise et que tout est filmé très proprement. Cela donne par conséquent lieu à de jolies scènes d’action, mais fun fact: TOUTES les scènes les plus intéressantes sont déjà dans les trailers. À l’exception d’une seule, une scène déchirante, en écho à une autre scène précédente, elle-même écho au premier Jurassic Park.

Parce que, non, bien évidement que non, cet épisode ne s’est pas affranchi d’un des plus gros problèmes de son prédécesseur, à savoir le sur-référencement du film de Spielberg. Enfin, des films de Spielberg, puisqu’il y a aussi pas mal d’allusions à Lost World. Et pas seulement lui, d’ailleurs (on retrouve encore la référence inutile à Aliens de service, entre autres).

Après, il y a bien deux ou trois nouveaux trucs qui sont tentés, comme le fait d’iconiser Blue à la manière du T-Rex (ça marche plus ou moins) ou celui de donner un côté « american gothic » à la direction artistique dans la deuxième moitié du film. Mais vu qu’à côté, on a droit au remake de « Lex & Tim contre les Raptors »  dans un décor auquel il ne manque que la cuisine en inox et la jelly… Au passage, ça n’aurait pas été plus intelligent d’aller chercher Joseph Mazello et/ou Ariana Richards, plutôt que de sortir Lockwood et sa petite fille du chapeau? Parce que ce sont Tim et Lex, les héritiers de Hammond, en théorie, non?

Sinon, évidemment, il ne faut pas non plus trop s’attarder sur la crédibilité scientifique. Il y a toujours eu des libertés de prises à ce niveau dans la franchise (l’absence de plumes, le Dilophosaure cracheur de venin, le Vélociraptor trop gros, etc.). Mais ça prend depuis quelques temps des dimensions ubuesques, vu que Colin Trevorrow, producteur et scénariste, avait déjà lâché à propos de l’épisode précédent qu’il s’en foutait complètement: lui, il veut des monstres cools qui font de la bagarre. Un je-m’en-foutisme qui explique énormément de choses, quand on y réfléchit (notamment pourquoi, en tant que spectateur, on est catapulté hors du film toutes les dix minutes à force d’être pris pour un con).

De fait, l’Indoraptor, s’il est moins navrant que ne l’était l’Indominus Rex, est conceptuellement parlant assez naze (et, vu ce qu’il fait, il aurait très bien pu être remplacé par un théropode réel quelconque). Je ne me suis toujours pas remis du ridicule de la scène avec A. Bruti le chasseur, ç’a été le facepalm le plus douloureux du film (sérieux, ce rictus, mais ce rictus de méchant Disney…).

Au final, si visuellement Jurassic World: Fallen Kingdom en jette (J. A. Bayona s’avérant être un faiseur très efficace, avec une sensibilité artistique réelle), l’histoire, elle, est à jeter. Si bien qu’il suffit de regarder les trailers pour avoir sous les yeux à peu près tout ce qu’il y a de sympa dans le film. La fin s’avère d’ailleurs sans vraie surprise (elle est annoncée par Ian Malcolm dès le départ, de toute façon) et la scène post-générique est juste d’une inutilité sans nom. Et dire qu’il y a encore un troisième épisode de prévu…

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s