Rampage – Hors de contrôle

Bien éloigné des films éponymes de Uwe Boll, Rampage – Hors de contrôle se propose de répondre à une question existentielle: que se passerait-il si The Asylum disposait d’un budget de plus d’une centaine de millions de dollars pour faire un de ses films de monstres? Parce que mine de rien, c’est quand même mille fois plus que pour Mega Shark vs. Crocosaurus

Une expérience génétique dans une station spatiale qui part en vrille, et ce sont trois animaux qui se retrouvent contaminés par un agent qui modifie leur ADN pour les rendre plus forts, plus agressifs, plus résistants, et surtout beaucoup plus grands. Parmi ceux-ci, il y a George, sympathique gorille albinos du zoo de San Diego qui s’est lié d’amitié avec le primatologue Davis Okoye. Celui-ci s’avère être un ancien soldat d’élite misanthrope, qui va tout mettre en œuvre pour sauver son pote à fourrure. Car l’entreprise sans scrupules qui a généré cette situation a bien l’intention d’en tirer profit, tandis que le gouvernement américain aimerait, lui, régler le problème au plus vite (quitte à abuser de la manière forte): les grosses bêtes semblent foncer tout droit vers Chicago, menaçant la population civile.

Le film est une adaptation d’un jeu d’arcade de Midway datant de 1986, porté sur pas mal de formats de l’époque (consoles comme micros), mais auquel je n’ai malheureusement jamais eu l’occasion de jouer. Alors ne comptez pas sur moi pour dire si c’est fidèle ou pas. Et puis je m’en fous, en fait: le film est juste un énorme défouloir à tendance nanardesque, et rien que pour ça, il mérite d’être vu.

En gros, c’est un peu comme si, dès les premières minutes, le film s’adressait directement au spectateur pour lui dire: « tu sais, je suis très con; vraiment très con; et je peux l’être encore plus; beaucoup plus; tu veux voir? » Question à laquelle la seule réponse de bon aloi est évidemment: « VAS-Y FONCE COCO! »

Et diantre, il fonce le bougre. Pas qu’un peu. Déjà, avoir filé le rôle principal à The Rock était une excellente décision, puisqu’il s’en donne à cœur joie, cabotinant comme jamais. Il n’est pas le seul, d’ailleurs: Jake Lacy et Malin Åkerman en font des tonnes dans leur caricature de méchants chefs d’entreprise irresponsables, chacun dans un ton différent (le premier en idiot lâche, la seconde en manipulatrice cynique), tout comme Jeffrey Dean Morgan, qui campe un officier d’agence gouvernementale random bien barré.

Ensuite, les effets spéciaux sont principalement le fait de Weta Digital, à qui on doit notamment ceux du King Kong de Peter Jackson et des trois derniers Planète des singes (entre autres trucs cools). Ce qui explique au passage l’expressivité de George, personnage du film à part entière. Bref, autant dire que sur ce plan, c’est une réussite, en dépit d’une direction artistique pas nécessairement… optimale, dirons-nous (le rat du début est assez dégueu, par exemple; pas trop fan du loup, non plus).

Surtout, et c’est le plus important: le scénario est tellement stupide qu’il en devient juste génial. Le film regorge de situations critiques qui virent à l’absurde, de situations qui devraient être dramatiques mais se retrouvent tournées à la franche rigolade, de situations littéralement catastrophiques transformés en joyeux bordel grand-guignolesque non-sensique, si bien qu’on en arrive parfois à se demander si on n’est pas en train de regarder une (bonne) parodie.

Au final, il n’y a pas grand-chose à en dire: le film, en lui-même, ne dit rien (à part les messages habituels consensuels d’Hollywood, évidemment); mais il est fun. Vraiment fun. Et c’est du coup l’un des meilleurs films de monstres de ces dix dernières années.

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s