X-Men – L’Ère d’Apocalypse

En 1995, la hype autour des X-Men était bien vivace, déjà parce que les comics se vendaient bien (voire très bien), mais aussi du fait du succès de la série animée, qui avait bien élargi le public (j’imagine que le jeu de Capcom X-Men: Children of the Atom a peut-être joué un rôle sensiblement équivalent chez amateurs de jeux de baston). Et c’est dans ce contexte que Marvel se décida à publier une grande saga en cross-over sous forme d’uchronie, à savoir Age of Apocalypse.

Legion, fils psychotique de Charles Xavier, est retourné dans le passé afin d’éliminer Magneto avant qu’il ne commence à poser problème à son papounet. Las, il échoue lamentablement; si lamentablement qu’il tue accidentellement son père dans son élan, éliminant son existence future, de fait. La mort dans l’âme, Magneto reprend à son compte le rêve de son ami Charles et fonde les X-Men, un groupe de mutants œuvrant pour la coexistence pacifique. Quelques décennies plus tard, Apocalypse a pris le pouvoir et transformé l’Amérique du Nord en citadelle fasciste anti-humaine et au darwinisme exacerbé. Et parmi ses adversaires les plus virulents se trouvent, évidemment, les X-Men. Débarque dans ce contexte le voyageur temporel Bishop, qui s’y connait pas mal en réalités alternatives et est le seul à se rappeler qu’il a existé un monde avec Xavier.

Déjà, beaucoup, beaucoup de changements par rapport aux persos qu’on pouvait connaître à l’époque. Si Jean Grey n’est jamais devenu le monstre de puissance de Dark Phoenix Saga, le Fauve est lui devenu un monstre tout court qui, comme Cyclops et son frère Havoc, œuvre pour Apocalypse, à l’instar du frère de Colossus, ce dernier s’avérant en fait en dessous de tout… Bref, s’il y a bien quelques constantes (Iceman ou Storm), on ne peut pas dire que l’absence de Xavier n’ait pas affecté son monde.

Maintenant, Age of Apocalypse n’est pas un récit, mais une convergence de multiples récits, publiés sous divers titres, partant d’un même point (X-Men Alpha) pour arriver également à un point de convergence final (X-Men Omega), publiés originellement entre février et juin 1995. Ce qui signifie que, sur un laps de temps de quelques mois, on a eu pas loin d’un millier planches consacrées à cette réalité alternative. C’est donc sous une multitude de titres (mais tous estampillés du Age of Apocalypse de bon aloi) qu’il aura fallu suivre cet arc.

Car, très rapidement, différents groupes, différentes équipes, différentes factions participent aux événements de manières diverses en des lieux qui ne le sont pas moins. Outre les équipes de Magneto, il y a aussi celle de Gambit, qui a laissé tomber les X-Men le jour où il a appris que le maître du magnétisme s’était mis en couple avec Rogue. X-Calibre, l’équipe constituée sur le tas par un Nightcrawler désormais dépourvu de toute ferveur religieuse et envoyé en mission au loin par Magneto. « Generation Next » qui est une équipe plus ou moins formelle de jeunes mutants essayant d’apprendre à maîtriser leur pouvoir sous la direction de Kitty et Colossus. Le duo Weapon X (Logan) et Jean Grey, envoyés en Angleterre pour aider le Haut Conseil Humain, dernier véritable rempart contre l’empire d’Apocalypse. L’équipe de Forge, qui arpente les USA sous l’innocente apparence d’une troupe théâtrale. Et enfin les EMF, troupes d’élite des sbires d’Apocalypse, où Cyclops occupe le plus haut rang et s’interroge sur la trahison de son mentor, Mr Sinister.

Chacune ayant sa propre publication, remplaçant un titre préexistant. Sont donc réunis dans ce recueil Astonishing X-Men, Gambit and the X-Ternals, X-Men Chronicles, X-Calibre, Generation Next, Amazing X-Men, Factor X, X-Man, Weapon X, et X-Universe (qui lui se centre principalement sur des persos Marvel non-mutants, comme Gwen Stacy et Tony Stark). Aussi, c’est un énorme pavé qu’on a entre les mains. C’est toujours le cas dans la collection Omnibus, mais là, c’est particulièrement vrai.

Le souci, qui avait d’ailleurs déjà été relevé à l’époque de sa publication (en France, mais j’imagine que c’était aussi le cas aux USA), c’est que publier autant de titres relatifs à une même histoire en aussi peu de temps, ça implique un rythme de travail effréné et de nombreux artistes différents impliqués dans le projet. De fait, qualitativement parlant, c’est vraiment très inégal. Certains dessins donnent envie de se crever les yeux quand d’autres n’ont clairement pas à rougir devant les grands noms de Marvel. Idem pour certains récits, beaucoup moins passionnants que d’autres (X-Universe, par exemple), ou tranchant totalement par leur ambiance (Gambit and the X-Ternals, qui tourne au space opera dans l’espace Shi’ar).

On notera cependant quelques constantes, évidemment dans les designs, et aussi dans quelques choix narratifs. Je songe notamment à la présence récurrente de textes qui paraphrasent l’image, ou essaient de dire au lecteur ce qu’il doit en comprendre (merci de me prendre pour le con que je suis probablement; j’avais encore un peu de self-esteem, ce matin, ç’aurait été dommage de le garder).

Quant-à l’édition française proposée par Panini… eh bien on va dire qu’elle est à l’image de l’œuvre: très inégale. On a par exemple droit à une jolie reliure sobre et élégante, recouverte d’une sur-couverture assez immonde, elle; la faute à une couleur de typo dégueulasse et un artwork dont la composition n’a aucun sens (en gros, c’est juste une accumulation de persos sélectionnés à l’arrache). La qualité de l’encre et du papier est sensiblement équivalente à ce que l’éditeur a l’habitude de proposer, ni plus ni moins. Quant-à la VF, sans être absolument infâme, elle ne brille en rien et se permet même certaines coquilles (fautes de français, perso qui change de nom, approximations diverses, etc.).

Alors oui, c’est un gros monument de l’histoire des X-Men, que tout fan sera heureux de posséder… mais sérieusement, Panini, appliquez-vous un peu dans votre boulot. Vu le prix de vente, c’est quand même très limite.

Au revoir; à bientôt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s