Dragons 3: Le Monde caché

Le troisième (et dernier) volet de cette petite saga vient de pointer le bout de son nez en salle. Du coup…

Après la défaite de Drago, le calme est plus ou moins revenu au village de Be(u)rk, de plus en plus surpeuplé de dragons. Mais les trappeurs de dragons n’ont pas désarmé, et Harold doit, avec ses amis, mener régulièrement des raids afin de libérer les pauvres reptiles. Excédés par ces assauts réguliers, les trappeurs font appel à Grimmel le Grave, un tueur de dragons sinistrement célèbre pour avoir exterminé tous les Furies Nocturnes à l’exception d’un seul. Pour le piéger (et ainsi mettre la main sur les habitants ailés de Beurk), il établit un plan où une petite dragonne Furie Éclair captive va jouer un rôle central.

N’y allons pas par quatre chemins: des trois films, c’est le moins bon. Pas qu’il soit nécessairement mauvais, mais il se situe quelques crans en dessous des autres, c’est indéniable. Cependant, ce n’est pas la qualité de la réalisation qui est en cause, bien au contraire: Dean DeBlois connaît son boulot, et il le fait bien. Le plan technique est irréprochable, et la photographie n’a en rien à rougir devant ses prédécesseures, vu que certains plans sont des œuvres d’art à part entière (certains semblent d’ailleurs très inspirés des cinématiques de différents Panzer Dragoon; Zwei & Azel, surtout). Tout au plus pourra-t-on regretter une certaine paresse dans les nouveaux designs, puisque les trois principaux nouveaux dragons sont un gros élan avec des ailes, une version blanche de Krokmou (d’où le « Light Fury » en VO, qui n’a étonnamment pas été traduit en « Furie Diurne » en VF) et des Dragonmares avec un dard de scorpion (et des yeux).

Par contre, le scénario n’est clairement pas au niveau des précédents. Outre le fait que le seul plan de Grimmel, c’est de lire le script avant tout le monde pour prendre ses adversaires de court, l’histoire est percluse de facilités, de ficelles et d’incohérences diverses. De personnages mal écrits (Grimmel) ou sous-exploités (Valka, Erett), aussi. Et si je peux comprendre (et accepter) le côté « Moïse guidant son peuple vers la Terre Promise » de Harold, j’ai en revanche plus de mal avec la conclusion (que je spoile dans le prochain paragraphe, tenez-vous le pour dit).

S’il semble logique que les dragons partent vers leur paradis perdu à la fin, je ne comprends pas bien pourquoi leurs compagnons humains (du moins les plus attachés à eux) ne les y suivent pas. Parce que rien ne les en empêche, au fond: ils ont émigré sur une île certes plus hospitalière et défendable que leur village, mais pas infaillible, comme l’a montré l’attaque de Grimmel; et si les dragons sauvages du « Monde caché » ne sont manifestement pas fans des humains, c’était également le cas de tous les dragons dans le premier épisode. Alors, évidemment, Harold et Krokmou ont chacun leurs propres contraintes personnelles (ne serait-ce qu’en termes de souveraineté respective), mais elles ne sont en rien incompatibles ou inflexibles; rien qui justifie de cesser de se voir pendant plusieurs années. Si bien qu’au final, le message du film devient: « si tu veux devenir un bon adulte responsable qui fonde une famille et tout, coupe les ponts avec ton meilleur pote. Pourquoi? Comme ça. » OK, sympa.

Techniquement tout aussi réussi que les deux premiers épisodes, Dragons 3 pèche en revanche par son histoire et son écriture pas franchement folichonnes. Si Grimmel est censé être la menace la plus dangereuse jamais rencontrée par les vikings et les dragons de Beurk, on ne le ressent jamais vraiment comme tel; on a souvent davantage l’impression que le danger vient de la maladresse ou de l’inconséquence des personnages (ou de leur débilité, c’est selon). Toutefois, même si la fin me semble problématique pour diverses raisons, elle a quand même le mérite d’apporter une conclusion à cette trilogie. Laquelle restera l’une des meilleures de cette décennie en termes d’animation au cinéma.

Au revoir; à bientôt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s