Guild Wars 2 – Bound by Blood

… AKA The Icebrood Saga Prologue, est le premier épisode de la cinquième saison du Living World. Et je ne vais pas déroger à mon habitude de donner mon avis alors que tout le monde s’en fout. Bien évidemment, gare aux spoilers, tout ça.

Kralkatorrik n’est plus. C’est désormais sa petite fille, Aurene, qui a pris sa place au panthéon des Elder Dragons. Élevée par vos soins, elle est beaucoup plus encline à la sympathie vis-à-vis des formes de vies intelligentes de Tyria que ne l’était son grand père. Le peuple Charr, dans l’affaire, a perdu son plus grand ennemi héréditaire et vit désormais presque en paix. Presque, parce que le conflit contre la Flamme Legion perdure, et c’est désormais au cœur de son territoire que nous emmène Bound by Blood.

Le 26 juillet dernier, ArenaNet donnait rendez-vous à ses fans au Moore Theater de Seattle le 30 août pour un « Special Announcement Event » dans un message volontairement laconique qui laissait le champ libre à nombre de spéculations. « Nouvelle extension » disaient alors beaucoup, espérant tantôt revoir Cantha, tantôt jouer une nouvelle espèce (Largos pour les uns, Tengu pour les autres), tantôt voir apparaître de nouvelles spécialisations et montures, etc. Rien de tout cela au final, la seule grosse annonce ayant été la saison 5 du Living World, en sus de quelques petits ajouts cosmétiques et offres commerciales (même si j’avoue que Path of Fire + Heart of Thorns pour le prix d’une seule extension, ça vaut le coup).

Autrement dit, le fameux event a été un gros pétard mouillé et une sacrée déception pour pas mal de monde, ratant au passage son objectif premier (à savoir rassurer les joueurs sur la pérennité de GW2 après un plan social de grande ampleur dans les filiales de NCsoft). Mais en voulant grossir la hype, le risque était de laisser peser sur cette Icebrood Saga le poids d’une autre déception a posteriori (et donc de condamner à terme le jeu) si elle n’était pas à la hauteur. Donc, en ce qui concerne ce premier épisode/prologue…

OSEF de l’histoire (que je n’ai d’ailleurs toujours pas terminée tellement elle me fait chier), encore et toujours conçue comme celle d’un RPG solo (ce qui était encore excusable au début des années 2000 est désormais incompréhensible, alors que 2020 approche à grands pas; même si j’ai bien conscience que c’est difficile). Donc je ne vais pas m’appesantir dessus, vu que c’est le même souci que d’habitude (et ce n’est pas maintenant que les choses changeront).

La map de la Grothmar Valley est de plutôt bonne taille, même si on n’est à vue de nez pas dans les dimensions des deux dernières de la saison 4 (je m’avance peut-être, ceci dit). Niveau environnement, c’est une zone Charr, donc on y retrouvera évidemment des lieux communs de Blazzeridge Steppes ou Plains of Ashford, à ceci près que le stigmate de Kralkatorrik y a cédé la place à celui d’Aurene. Logique, selon la story. Sauf que, vous vous en doutez, ce n’est pas sans poser quelques problèmes de cohérence dans le game-design général.

Car il s’agit pour l’heure de la seule zone impactée par cette transformation. En effet, nulle part ailleurs Aurene n’aura effectué sa petite transformation. Un peu problématique, donc, mais pas incompréhensible si on se place du point de vue des développeurs, vu que ça aurait impliqué une refonte complète des zones concernées, le tout au risque de se mettre à dos les joueurs débarqués après la bataille. Sauf que ça nique la cohérence de l’univers comme de l’événementiel, avec des zones qui, du coup, restent bloquées chronologiquement dans l’état de leur date d’apparition.

Maintenant, encore une fois, ce n’est pas un problème nouveau (il remonte pour ainsi dire aux premières années d’exploitation du jeu), mais c’est ici particulièrement flagrant. Bon, sinon, la nouvelle currency est une variété de piment et donc se récolte à la serpe (sans avoir beaucoup d’utilité, d’ailleurs). Je note cependant que le node à rajouter dans la home instance coûte dix pièces d’or de plus que les autres, inexplicablement (après, perso, je m’en cogne, ce n’est pas comme si la somme était importante; GW2 appartient à cette catégorie de jeux où le pognon coule à flot, de toute façon). Le parcours de WvW est plutôt rentable, aussi. Et puisqu’on en parle…

Je sais que ça n’a rien à voir avec l’extension, mais il se trouve qu’une MAJ d’il y a quelques semaines a introduit une petite nouveauté dans les appariements en WvW: il est désormais possible de se retrouver couplé à un ou plusieurs serveurs d’une langue différente ou sans langue définie. Premier pas vers la disparition des mondes qu’on attend toujours? Ou tentative de créer des groupes plus équilibrés? Nous verrons bien. Bref, revenons au PvE.

Niveau events, la nouvelle zone donne dans l’originalité avec un meta-event sous la forme d’un concert de la Metal Legion plutôt fun. Ainsi qu’une sorte de Destruction Derby avec des tanks. Il y a aussi deux autres meta-events, plus classiques dans leur déroulement, mais pas moins intéressants que les deux autres question loot (même si ça me semble, encore et toujours, beaucoup moins rentable qu’en Istan). Du reste, les paysages sont jolis. Vraiment très jolis. J’irai même jusqu’à dire que c’est la plus belle zone Charr depuis les débuts du jeu.

Niveau items… c’est la dèche, là, non? Pas de nouvelle légendaire ou équipement élevé (ou je suis complètement passé à côté, c’est possible), juste quelques nouvelles armes et armures en exo (avec du recyclage de skin pour les bannières), quelques bricoles principalement cosmétiques, quelques recettes, une infusion… et c’est tout? La vache… maigre, pour le coup. Après, ce n’est que le prologue, peut-être qu’ArenaNet préfère en garder sous le coude pour la suite, mais ça fait short.

Au final, ce nouvel épisode est plus intéressant pour son développement du lore et sa map que pour son contenu « matériel » (items, skins, etc.). On en découvre un peu plus sur le pays des Charr (soit le Texas, mais en bien), avec une zone plus agréable à l’œil que n’importe quelle autre de leur territoire, où il est assez fun de se balader. Reste que, une fois l’effet de nouveauté passé, je ne suis pas certain que le contenu de ce prologue restera dans les mémoires. Comme beaucoup d’épisodes passés du Living World, quand on y réfléchit, mais celui-ci est particulièrement vide.

Au revoir; à bientôt.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s