Haikyû!! To the Top

Quatre ans s’étaient écoulés depuis la troisième saison de Haikyû!!, et si je ne désespérais pas vraiment de voir arriver une quatrième (c’était une question de temps), force est de constater que ça n’a pas été sans mal. Pour des questions contextuelles, encore une fois: commencée en janvier dernier, elle s’est terminée il y a quelques heures sur un total de 25 épisodes (dispos chez Wakanim), après report de sa seconde partie.

Le match contre Shiratorizawa a visiblement marqué les esprits, et deux des nouveaux joueurs de Karasuno ont particulièrement retenu l’attention: Tobio Kageyama (logique) et… Kei Tsukishima. Non, pas Shôyô Hinata, qui du coup en a gros sur la patate. Assez pour décider d’aller taper l’incruste au camp d’entraînement du second, où il n’avait bien entendu pas été convié. L’occasion pour lui d’observer et comprendre, afin de compenser ses manques. C’est que l’enjeu est de taille, car le tournoi national approche à grands pas, et Karasuno va devoir faire face à un des favoris: les renards d’Inarizaki et leur puissant duo constitué par les jumeaux Miya.

Production I.G est peut-être le meilleur studio d’animation pour les anime sportifs de ce début de siècle, avec, à leur palmarès, des séries marquantes comme Ace of Diamond ou Kuroko’s Basket. Dans des genres et des approches très différentes, ceci dit. C’est qu’il y a un monde entre les suites sur-cutées de plans statiques léchés de Ace of Diamond et les séquences superbement animées ultra-dynamiques de Kuroko’s Basket. Pour Haikyû!!, c’est la seconde optique qui a, en toute logique, été choisie, le tout étant sublimé par les musiques épiques de Yûki Hayashi. Et cette saison n’a pas dérogé à la règle. Ou presque.

La majeure partie des scènes de match (et une bonne partie des scènes d’entrainement) bénéficient d’une animation des plus soignées, mais force est de reconnaître que le dessin a eu quelques mauvais moments. En fait, le chara-design prend régulièrement des formes assez awkward. Il y a eu malheureusement aussi des sortes de passages à vide parfois assez moches, notamment dans le ventre mou du double cours, qui peuvent s’expliquer par plusieurs raisons (déjà, cinq lettres et deux chiffres, mais aussi des changements dans le staff). Et qui placent la saison visuellement en deçà des trois précédentes, sans pour autant totalement ruiner le reste.

Ç’aura été un long match, que celui qui a opposé Karasuno à Inarizaki, plus intense encore que celui contre Shiratorizawa. Toutefois, le schéma est resté sensiblement le même, et, suivant ainsi le manga, il en aura partagé l’essentiel des ressorts: us et abus de flashbacks (pour un camp comme pour l’autre), situation désespérée redressée, actions in-extremis et valorisation du travail d’équipe (ce qui de toute façon est plus que pertinent vu le sport dont il est question; à défaut d’être original, en conséquence).

L’accent aura beaucoup été mis sur Hinata et son sens d’observation/adaptation, qui en fait désormais un joueur accompli après avoir été quelque peu sous-estimé. Dans le même ordre d’idée, Tanaka aura aussi beaucoup appris et progressé en conséquence, tandis que Nishinoya et Tsukishima auront été pas mal malmenés par l’équipe adverse (ils en auront cependant beaucoup appris, et surtout pris un peu plus conscience de leurs limites et comment les pallier). Inarizaki est une équipe particulièrement douée, mais aussi particulièrement rusée, et donc un adversaire des plus ardus pour Karasuno et ses joueurs plutôt bruts de décoffrage, ou capables de partir au quart de tour pour une connerie.

Sans spoiler le résultat du match (même s’il est évident), disons qu’il servait pour ainsi dire, et comme le match de la saison précédente, de préalable au suivant. Et le suivant, celui qui nous est annoncé comme LE match d’une future éventuelle saison 5, c’est le match devant opposer le vainqueur à Nekoma. Peut-être le plus important du manga, en termes symboliques (Nekoma est le rival incontournable de Karasuno).

Bref, le passage à l’anime du manga Haikyû!! peut encore être considéré comme une réussite, malgré quelques couacs esthétiques venant l’entacher, plutôt compréhensibles dans un contexte de production aussi compliqué. Le changement de direction d’animation a beaucoup joué également j’imagine, mais je ne trouve pas que Masako Satô et son équipe s’en soient si mal sorties que ça au final. Reste que, effectivement, après les trois excellentes saisons auxquelles on a eu droit, celle-ci se place quelques tons en deçà, notamment à cause d’un dessin plus inégal.

Au revoir; à bientôt.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s