Our Colorful Days

Aujourd’hui, il sera question de Our Colorful Days de Gengoroh Tagame, qui s’est terminé il y a peu chez Akata. Peut-être mon dernier post manga de cette bien étrange année, mais bref. Ah oui, et si TL;DR: c’est bien, mais court. Voilà.

Sora est un lycéen comme les autres, ou presque: il a parfaitement conscience de son homosexualité, et tout aussi conscience qu’il lui faut malheureusement la dissimuler pour éviter certains ennuis. Surtout qu’il est amoureux de son pote Kenta, à qui il ne peut évidemment rien avouer. Ni même à sa meilleur amie Naho, pourtant compréhensive, et encore moins à ses parents. Cependant, une rencontre va bouleverser sa vie en profondeur: un vieil homme qui tient un café; et qui est, lui aussi, homosexuel.

Our Colorful Days se place, comme on s’en doute, dans la droite lignée du Mari de mon frère, du même auteur: outre le trait, on y retrouvera encore un rythme relativement lent et un militantisme affiché par le prisme du vécu. Plutôt que d’assener des vérités et de la rhétorique de tract, l’auteur a choisi une approche beaucoup plus émotionnelle, afin de montrer, à travers le regard de son personnage principal, ce que peut ressentir un jeune gay japonais dans un contexte banal et courant: celui d’une forme d’homophobie latente largement partagée.

Si cette homophobie n’est pas présentée comme physiquement violente, elle n’en est pas moins montrée comme relativement viscérale, poussant le pauvre Sora à un jeu de masques pour mieux échapper à l’ostracisme qui ne manquerait pas de le frapper. Au fond, le seul endroit où il peut, dans une certaine mesure, être lui-même, c’est le nouveau café, qui ne paie pas de mine, et dont le patron est ouvertement gay.

Ce dernier voulait en faire une sorte de havre de paix où on pourrait se poser tranquillement, et propose bien vite à Sora, artiste en devenir, d’y réaliser une fresque. Le patron est un homme qui a vécu, déjà, une première vie bien normée, et n’a fait son coming out que très tardivement, après le décès de ses parents, délaissant sa famille. Sora, lui, se situe à un moment de choix, celui d’assumer ou de dissimuler. En un sens, les deux sont presque l’image d’une même personne-situation à deux instants de sa vie, à ceci près que Sora ne vit pas à la même époque. Spoiler dans le paragraphe suivant.

Naho est une jeune fille de son temps et se montre tout-à-fait compréhensive, malgré sa surprise première. Sora hésite longuement à faire son coming out à Kenta, avant d’abandonner finalement l’idée: il préférera qu’ils restent bons amis. Quant-à ses parents, c’est beaucoup plus compliqué, et aussi étrangement beaucoup plus simple: le coming out est improvisé et frontal, très surprenant pour les intéressés, et presque immédiatement accepté. En coïncidence, le café est détruit par un typhon alors que Sora s’est trouvé un nouveau havre en son propre foyer. Il aura réussi là où le patron a échoué, mais il n’est en revanche jamais question de savoir si ses sentiments pour Kenta sont ou seront un jour réciproques.

Our Colorful Days n’est donc pas, comme on aurait pu l’imaginer au premier abord, l’histoire d’une romance, mais celle d’un coming out. D’un double coming out, pour être précis: celui que le patron aura mis des décennies à effectuer (avec le cortège de problèmes que cela a pu provoquer), et celui que Sora hésite à faire (surtout dans un contexte qu’il perçoit comme relativement hostile). Un thème qui aura rarement été traité avec autant de subtilité dans un manga, si ce n’est peut-être chez Yuhki Kamatani. Il est toutefois regrettable que le récit s’achève aussi vite, car, tout bien considéré, l’histoire de Sora ne fait que commencer.

Au revoir; à bientôt.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s