The Expanse – Saison 5

Ça va bien faire une semaine et demie que la cinquième saison de The Expanse est arrivée à son terme, et ce post sera donc une petite réaction à la bourre.

Après les événements d’Ilos, le Rocinante se retrouve cloué à quai pour réparations et maintenance, entre les mains du personnel de Fred Johnson. Son équipage, à l’exception de James Holden, en profite pour retourner un peu dans ses pénates. Amos Burton reviendra donc sur Terre, pour retrouver quelques fantômes de son passé. Pour Alex Kamal, ce sera Mars, et peut-être une occasion de renouer avec son ex-femme, et en tout cas de renouer contact avec Bobbie Draper. Pour Naomi Nagata, ce sera… la merde: son ex, Marco Inaros, n’a pas renoncé à ses rêves de jeunesse de ruiner les planètes intérieures, et, pire, il a fanatisé leur fils Filip afin qu’il attaque la Terre. Comment des Ceinturiens sous-équipés pourraient-ils nuire à la principale puissance du système solaire? La réponse se trouve peut-être sous les yeux de Bobbie, qui a découvert un gigantesque réseau de contrebande de matériel militaire sur Mars, sur lequel elle a bien l’intention d’enquêter pour le compte de Chrisjen Avasarala, avec l’aide d’Alex.

En gros, c’est l’histoire narrée dans Les Jeux de Némésis. Avec des libertés, mais le point de départ comme le point d’arrivée restent les mêmes, l’essentiel des événements ne connait pas de trop grosses modifications, et on y retrouve des enjeux absolument identiques. Les modifications tiennent principalement aux persos eux-mêmes, à la place qu’ils sont amenés à tenir dans l’histoire et, parfois, à leur devenir. Camina Drummer s’était déjà éloignée de son prototype littéraire dans la saison 4, et elle continue sur sa lancée; si bien que je pense qu’elle reprendra dans la sixième une bonne partie du rôle dévolu à Michio Pa dans Les Cendres de Babylone (ce personnage, bien présent dans la série, n’a d’ailleurs plus grand-chose à voir avec son original). Chrisjen Avasarala a droit à un développement plus étoffé que dans le roman, tout comme finalement l’ensemble du commandement des Nations Unies. Quant-au duo Bobbie/Alex, son enquête sur Mars s’éloigne de la version papier pour s’achever de manière un peu inattendue (ou pas, en fait). Bull, enfin, est bien différent du personnage éponyme de La Porte d’Abaddon, et devrait lui aussi jouer un rôle de première importance par la suite.

Pour ce qui est de la réal’ ou de la direction artistique, rien de bien nouveau à dire tellement on se replace dans la droite ligne des trois premières saisons. À ceci près que la Terre occupe une place bien plus prépondérante, que ce soit par la présence d’Amos sur le plancher de la troisième planète, ou par le déroulé des événements principaux, à savoir l’attaque par le groupe de Filip, diligenté par Marco (que je ne vais pas spoiler, mais juste en dire qu’elle est sensiblement identique à celle du roman, pour ceux qui l’auraient lu). Ce qui signifie au moins autant de scènes d’extérieur que la précédente saison, mais probablement plus compliquées à tourner, vu la multiplication des lieux. Les scènes spatiales restent toujours aussi fascinantes, même si certaines sont assez awkward (notamment une qui a fait couler beaucoup d’encre et qui m’en a rappelée une autre, de Gundam – Char’s Counter Attack).

En fait, l’essentiel des problèmes que je pourrais encore avoir avec cette série tiennent à des choix esthétiques déterminés il y a une demi-décennie, comme le manque flagrant de différence morphologique entre Ceinturiens et Intérieurs, ou le fait que les propulseurs et tirs fassent autant de bruit dans l’espace. Même Frankie Adams, qui ne me convainquait pas vraiment au départ, je la trouve très correcte dans son rôle, désormais. Toutefois, pour moi, les plus convaincantes restent Cara Gee dans le rôle de Camina Drummer et Keon Alexander dans le rôle de Marco Inaros. Et bien sûr Shohreh Aghdashloo, mais elle reste hors compétition (on parle quand même de l’amirale Shala’Raan vas Tonbay, là).

Quant-au scénario en lui-même, je le trouve plutôt bien mené, malgré quelques couacs ponctuels et des clichés parfois un peu trop pesants. Maintenant, comme dit plus haut, c’est relativement fidèle au déroulement du roman, et même très fidèle pour l’ensemble des macro-événements. La frappe des fanatiques d’Inaros s’avère de nature à chambouler totalement l’équilibre du système solaire, ainsi que le souhaitaient ces derniers, présentés comme des sortes de révolutionnaires néo-castristes spatiaux, tandis que les Nations Unies terriennes adoptent en réaction des postures qui ne sont pas sans rappeler l’époque des administrations Bush. Mars prend quant-à elle des formes de Russie post-soviétique, tendance Eltsine. Au temps pour l’exotisme, donc; mais on ne peut pas dire que l’aspect spatiopolitique manque de crédibilité, pour le coup.

Concernant maintenant ce qu’on peut attendre de la prochaine saison, après le final de celle-ci… eh bien j’ai tendance à penser qu’il suffit de jeter un œil au roman pour s’en faire une bonne idée; en changeant quelques rôles au passage, bien évidemment (Bull, Michio, Camina, Alex…). Des raisons de penser que la fin sera différente? Aucune. D’ailleurs, le fusil de Tchekhov est déjà bien en place. Et les scénaristes ont aussi laissé entendre qu’elle sera une conclusion de cycle, avant une probable mise en hiatus, potentiellement définitive. Ce qui, précisément, correspond à la ligne adoptée par la série de romans avec la conclusion de son sixième volume (sur lequel j’écrirai un truc la semaine prochaine, je pense), et sachant que le septième est censé se dérouler près de trente ans après, dans un contexte bien différent.

Maintenant, plus qu’à espérer qu’une certaine saloperie de virus ne vienne pas tout foutre en l’air.

Au revoir; à bientôt.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s